Partager cet article

Aux États-Unis, les politiques ont droit à leur poupée gonflable. Pas en France.

Extrait de la couverture du magazine Plastik, où l'on voit l'artiste Poni Hoax et la poupée gonflable de Donald Trump.

Extrait de la couverture du magazine Plastik, où l'on voit l'artiste Poni Hoax et la poupée gonflable de Donald Trump.

L'artiste syrienne Saint Hoax a réalisé une poupée gonflable à l’effigie de Donald Trump. Il en existe aussi une pour Hillary Clinton et Barack Obama. Mais en France, Nicolas Sarkozy, François Hollande ou Marine Le Pen n'ont jamais eu cette joie. Pourquoi?

Pour protester contre les hommes et femmes politiques, certains artistes utilisent parfois la provocation et l’humour grivois. C’est le cas de la Syrienne Saint Hoax, qui après l’annonce de Donald Trump qu’il allait renvoyer les réfugiés syriens chez eux s’il était élu, a décidé d’en faire... une poupée gonflable, comme le révèle le Daily dot. Loin d’avoir décidé de se lancer dans l’industrie du sexe, elle a annoncé que tous les revenus de ses poupées, vendues 39 dollars, seraient reversés à l'agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Mais Donlad Trump n’est pas le premier à se voir transformé en jouet sexuel. Avant lui, Hillary Clinton, Sarah Palin et Barack Obama avaient chacun eu leur modèle gonflable dès 2008. Le fabricant Pipedream Products de «Horny Hillary» («Hillary l’excitée») ne se privant pas au passage de blagues graveleuses: «elle a très envie de partager avec vous son orifice oval», en référence au «bureau oval», le nom du bureau officiel qu'occupe le président des États-Unis dans l'aile Ouest de la Maison Blanche.

«Conservative Cumeron»

Au Royaume-Uni, les hommes politiques ont aussi leur satire sexuelle. David Cameron est devenu «Conservative Cumeron» (cum signifiant «sperme») et il promet qu’il «fera absolument tout ce que veulent les riches», tandis que les portes du candidat du parti europhobe et xénophobe Ukip Nigel Farage (devenu «Phhwwaooorage») seront «toujours ouvertes pour vous, même si les frontières sont fermées», promet le spot de la marque.


En France, nous n’avons pas trouvé de poupée gonflable à l’effigie de Nicolas Sarkozy, de François Hollande ou de Marine Le Pen. Notre pays, où la vie privée des hommes et femmes politiques a longtemps été tabou, serait-il plus conservateur en la matière? Possible. Mais peut-être aussi que les fabricants de sextoys ont en mémoire le procès intenté par Nicolas Sarkozy contre le fabricant d’une poupée vaudou à son effigie. 

Crédits: REUTERS/ Benoit Tessier

 

Atteinte à la dignité de la personne

La société Tear prod avait été attaquée pour un coffret appelé «Nicolas SARKOZY le manuel vaudou» comprenant un livre illustré, une poupée de tissu recouverte de diverses mentions («Casse-toi, pauvre con !»; «Travailler plus pour gagner plus»; «Racaille», «Ouverture», «Tu l'aimes ou tu la quittes», «Fouquet's», «Paquet fiscal»...) et un lot de douze aiguilles. La candidate Ségolène Royal avait fait l’objet de la même satire, mais n’avait pas porté plainte.

Au final, la cour d’appel avait donné en partie raison au candidat, imposant au fabricant de mettre sur ses coffrets un bandeau rouge signalant la condamnation pour atteinte à la dignité de la personne, mais la poupée avait pu rester en vente, et l’est encore aujourd’hui. Une poupée gonflable pourrait-elle être commercialisée aujourd’hui sans faire l'objet d'une procédure judiciaire? Pas sûr...

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte