Monde

Obama n'exclut plus l'option militaire contre l'Iran

Temps de lecture : 2 min

L'administration Obama n'exclut plus le recours aux armes pour contraindre l'Iran à suspendre son programme d'enrichissement d'uranium, perçu par Washington et les pays européens comme faisant partie d'un programme destiné à concevoir des armes nucléaires. Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates s'exprimant sur la chaîne de télévision ABC a toutefois jugé que le temps est encore à la diplomatie et à de nouvelles sanctions.

Une éventuelle offensive militaire contre la République islamique permettrait surtout de «gagner du temps» aux Etats-Unis et à leurs alliés et retarderait le programme nucléaire de Téhéran «d'un à trois ans», a souligné Robert Gates. «La seule façon de ne pas se retrouver avec un Iran en possession de l'arme nucléaire est que le gouvernement iranien comprenne que concevoir une telle arme affaiblirait la sécurité du pays, au lieu de la renforcer», a-t-il ajouté.

Robert Gates intervenait dans l'émission «This Week» (Cette semaine) d'ABC. Il a affirmé sans ambages que «les Iraniens ont l'intention de se doter de l'arme nucléaire».

Vendredi 25 septembre, le président Obama était exactement sur la même ligne que son secrétaire à la Défense ce qui montre un changement de ton et d'attitude face à Téhéran. Depuis le sommet du G20 de Pittsburgh, Barack Obama a refusé d'écarter l'option militaire tout en continuant à privilégier la diplomatie face à l'Iran, alors que dans la matinée, lui et ses partenaires britannique et français avaient accusé Téhéran d'avoir développé un site nucléaire secret.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad leur a rétorqué que ce site était «parfaitement légal» et qu'il avait informé l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) de son existence à l'avance.

«Si le programme nucléaire (iranien) n'est destiné qu'à des fins civiles, pourquoi n'ont-ils pas révélé l'existence de ce site quand ils en ont commencé la construction? Pourquoi n'ont-ils pas autorisé les inspecteurs de l'AIEA à s'y rendre dès le début?», a lancé Robert Gates sur ABC. «Tout cela fait partie d'une stratégie basée sur la tromperie et le mensonge que les Iraniens utilisent dès qu'il est question de leur programme nucléaire. Il n'est donc pas étonnant que les principaux dirigeants de ce monde pensent que leurs vraies motivations sont autres et qu'ils ont bien l'intention de se doter de l'arme nucléaire», a-t-il conclu.

[Lire l'article complet sur ABC]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Le Secrétaire américain à la défense Robert Gates Reuters

Lire également: Pourquoi Israël attaquera l'Iran

Newsletters

Hong Kong, Taïwan, jusqu'où peut aller Pékin?

Hong Kong, Taïwan, jusqu'où peut aller Pékin?

Rétrocédé par le Royaume-Uni en 1997, Hong Kong garde depuis un statut à part –un pays, deux systèmes. Cela agace Pékin, qui aimerait reprendre le contrôle de la province où le mouvement pro-démocratie, en sommeil pendant la crise...

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

Un·e jeune âgé·e de 18 à 29 ans sur six a perdu son emploi depuis le début de l'épidémie.

Au Venezuela, le Covid-19 sonne le signal du retour au pays

Au Venezuela, le Covid-19 sonne le signal du retour au pays

Frappées durement par le confinement dans les pays où elles se sont réfugiées, des dizaines de milliers de personnes n'ont d'autre choix que de rentrer, par tous les moyens.

Newsletters