Culture / Monde

Des artistes arabes ont caché des messages dans la série «Homeland»

Temps de lecture : 2 min

Des artistes recrutés pour inscrire des graffitis en arabe dans un décor de la série ont détourné les messages pour critiquer la série.

Une capture d'écran du second épisode de la saison 5 de «Homeland».
Une capture d'écran du second épisode de la saison 5 de «Homeland».

Depuis 2011 et le début de sa diffusion, il a été reproché plusieurs fois à la série Homeland de livrer une vision biaisée et erronée des enjeux géopolitiques ou religieux des pays où se déroule l'intrigue.

Alors que la diffusion de la cinquième saison vient de débuter aux Etats-Unis, on apprend que la série –qui met en scène les aventures d'une agente de la CIA souffrant de troubles bipolaires (Carrie Mathison) au Moyen-Orient, en Europe et aux Etats-Unis– a été trollée par trois artistes recrutés par la production pour travailler sur les décors. Ces artistes étaient chargés de dessiner des graffitis sur les murs d'un camp de réfugiés syriens fictif dans lequel se déroule une partie du deuxième épisode.

«Homeland est raciste»

Heba Amin, Caram Kapp et Stone, les trois artistes en question, ont décidé de ne pas suivre les demandes de la production, mais plutôt d'utiliser cette opportunité pour exprimer leur désaccord avec la vision géopolitique de la série. Plutôt que des graffitis en arabe en faveur de Bachar el-Assad souhaités par les équipes de Homeland, on peut lire sur les murs: «Homeland est raciste»; «Homeland est une blague, mais elle ne nous fait pas rire»; «Cette série ne représente pas la vision des artistes»; ou encore «Homeland n'est PAS une série».

Dans le deuxième épisode, un graffiti «Homeland est raciste» est inscrit sur un mur alors que Carrie Mathison visite un camp de réfugiés en compagnie d'un commandant du Hezbollah. (Showtime)

Dans un post de blog, les trois artistes expliquent leur démarche:

«Etant donné la réputation de la série, nous avons eu du mal à nous laisser convaincre, jusqu'à ce que nous réalisions à quel point y prendre part pourrait relayer le mécontentement de beaucoup de gens, y compris le nôtre, concernant l'aspect politique de la série. C'était une occasion pour nous de marquer le coup et de détourner le message en utilisant la série elle-même.»

Mais pourquoi ces graffitis critiques envers la série n'ont-ils pas été répérés et retirés lors du montage de la série? Les artistes expliquent que, lors de la préparation du décor, personne n'a vraiment prêté attention à ce qu'ils écrivaient, ni pris la peine de traduire les graffitis.

Au cours des précédentes saisons, Homeland avait déjà essuyé plusieurs critiques, notamment de la part des services de renseignements américains qui remettaient en cause sa crédibilité, des autorités pakistanaises qui s'étaient énervées contre la représentation du pays et de sa capitale Islamabad, des spécialistes de la géopolitique du Moyen-Orient ou de ceux qui lui reprochait son approche caricaturale de l'islam.

Newsletters

À force de s'indigner de tout et de rien, on rend l'humour infréquentable

À force de s'indigner de tout et de rien, on rend l'humour infréquentable

[BLOG You Will Never Hate Alone] De nos jours, pour ne pas froisser les victimes d'actes ignominieux, on voudrait réduire au silence l'humour et ceux qui en usent.

Celui où Anaïs et Marie rejouent le meilleur épisode de la série (et testent leur amitié)

Celui où Anaïs et Marie rejouent le meilleur épisode de la série (et testent leur amitié)

Dans ce huitième épisode d'AMIES, Anaïs et Marie regardent la première moitié de la saison 4 de Friends. Les deux amies reviennent sur l'épisode «The One with the Embryos» («Celui qui gagnait les paris») classé comme l'un des meilleurs de la série...

«Le Coup d'état d'urgence», ou comment la France a fait du citoyen un «sujet virus»

«Le Coup d'état d'urgence», ou comment la France a fait du citoyen un «sujet virus»

Nous publions les bonnes feuilles du nouvel ouvrage de l'avocat pénaliste Arié Alimi, qui revient sur le premier état d'urgence sanitaire de l'histoire de France.

Newsletters