Partager cet article

L'étude qui en dit plus sur notre vision du café que sur les buveurs de café

Café | REUTERS/Carlo Allegri.

Café | REUTERS/Carlo Allegri.

Des chercheurs affirment qu’aimer les boissons et aliments amers serait lié à des traits psychotiques.

Peut-être avez vous connu cette situation. Il est 10 heures, vous êtes au travail depuis une petite heure et vous décidez d’aller puiser dans votre stock de capsules pour vous faire un café ristretto, bien noir et amer, comme d’habitude. Sauf que c’est le moment que choisit l’un de vos collègues pour vous lancer:

«Tu bois du café noir, tu es un psychopathe!»

 

Face à cette affirmation, vous auriez raison d’être choqué, ou du moins dubitatif. C’est pourtant une idée que diffusent de nombreux médias depuis quelques jours: «Si vous aimez le café “ristretto”, c'est peut-être parce que vous êtes un psychopathe», peut-on lire sur le site de FranceTVInfo par exemple, ou «Votre façon de boire le café pourrait montrer des tendances psychotiques» sur The Independent. Comment peut-on affirmer de telles choses? Qu’est-ce que le goût pour le café a à voir avec une éventuelle maladie mentale?

À l’origine de cette hypothèse en apparence farfelue, on trouve une étude menée par des chercheurs de l’université d’Innsbruck, en Autriche et dont le titre laisse peu de place à l’hésitation: «Les préférences individuelles pour des goûts amers sont associées à des traits de personnalités antisociaux». On peut y lire que les personnes appréciant des boissons et des aliments au goût amer ont de plus fortes chances d’avoir des traits liés à la psychopathie, au sadisme, au narcissisme ou au machiavélisme. Rien que ça.

Abreuvés d’études farfelues

Pour en arriver à de telles conclusions, les chercheurs ont analysé les notes données par près de 1.000 candidats à divers aliments et boissons pour savoir ce qu’ils aimaient ou non. La deuxième phase de test a consisté en plusieurs tests de personnalité permettant de mesurer l’agressivité, le narcissisme, le machiavélisme, la psychopathie, la stabilité émotionnelle… En comparant les deux jeux de données, les médecins en ont conclu que les personnes gentilles n’aimaient pas les aliments et boissons amers, tout l’inverse des personnes répondant positivement aux critères sur la psychopathie.

Seulement voilà, comme l’explique Slate.com, «en réalité, l’étude en question ne dit pas que les personnes qui prennent leur café noir ont des tendances psychotiques». Le mot «café» n’est écrit que cinq fois dans la quarantaine de pages de l’étude et les chercheurs n’ont pas demandé aux candidats s’ils prenaient leur café noir. L’idée même de statuer sur ce qui est amer ou non est impossible car, comme le note le site américain, «quand les chercheurs ont demandé aux participants d’évaluer la saveur d’éléments spécifiques, ils ont trouvé que les participants n’étaient pas d’accord avec eux sur l’amertume de certains aliments». Malgré ce large désaccord, les chercheurs ont gardé leur système de classification sur l'amertume ou non des aliments.

Autre point important: les questionnaires, auxquels les participants ont répondu en ligne contre une ridicule rétribution d’un dollar maximum. Comment peut-on penser que chacun a répondu sérieusement, derrière son ordinateur? De plus, selon la journaliste, certaines questions n’avaient aucune réponse évidente. Par exemple, comment évaluer notre niveau de désaccord avec notre entourage et sa fréquence sur une échelle de 1 à 5?

Cette étude, comme des centaines avant elle, ne semble donc confirmer qu’une chose: notre passion irrémédiable pour la spéculation autour des dangers ou les bienfaits du café. Nous adorons théoriser cette boisson (y compris chez Slate.fr) qui nous rend accros et les scientifiques nous abreuvent régulièrement en études farfelues, que leurs arguments soient scientifiquement fondés ou non.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte