Monde

Un réfugié adolescent expulsé d’Europe aurait été tué dans son pays par des talibans

Temps de lecture : 2 min

Vahid Vaziri a raconté avoir vu le corps de son frère au milieu d'autres cadavres.

Des troupes de talibans au nord de l'Afghanistan | Capture d’écran d’une vidéo de l’Émirat islamique d'Afghanistan via Wikimédia CC License by
Des troupes de talibans au nord de l'Afghanistan | Capture d’écran d’une vidéo de l’Émirat islamique d'Afghanistan via Wikimédia CC License by

L’histoire des frères Vaziri, Afghans résidant au Danemark jusqu’à l’été dernier, illustre à l’extrême les dysfonctionnements possibles dans les services gérant les expulsions en Europe et les tragédies qui peuvent en découler. La version danoise de The Local, site d’actualité en anglais, raconte qu’Abolfazl Vaziri, 16 ans, et son grand frère Vahid, 23 ans, arrivés au Danemark en 2010, ont été expulsés du pays à la fin du mois de juin alors même qu’ils n’avaient plus aucune famille ni relation dans leur pays d’origine et souffraient tous deux de troubles psychologiques liés à un état dépressif profond.

La police les a détenus pendant douze heures avant de les mettre dans un avion, et ce, alors que les deux garçons avaient signé les papiers stipulant qu’ils quittaient le pays volontairement. La police danoise a depuis reconnu avoir commis une faute et proposé une compensation financière (qui est restée lettre morte) à Vahid Vaziri.

Peu après être leur arrivée en Afghanistan, Vahid a contacté sa représentante légale au Danemark pour lui dire qu’il vivait avec son frère dans la rue et qu’ils s’étaient tous deux fait voler leurs affaires et leur argent. Au mois de septembre, nouveau coup de téléphone: cette fois-ci pour dire qu’Abolfazl s’était fait tuer par des talibans, une information qui semble impossible à confirmer pour le moment. Il aurait été tué parce que les Vaziri appartiennent à la minorité chiite et que leur passé danois était connu. Vahid Vaziri s’est, lui, réfugié ensuite en Iran.

La maison des morts

Le Guardian a mené une série d’interviews pendant un mois avec Vahid Vaziri, fournissant de plus amples détails sur cette odyssée terrifiante.

La famille Vaziri avait quitté l’Afghanistan pour l’Iran en 2006, où le père a disparu. Si Abolfazl et Vahid ont quitté l’Iran en 2010 pour s’installer au Danemark, leur mère était, elle, restée sur place avec ses quatre autres enfants. Ils ont perdu contact avec elle en 2012. Une absence de réseau familial en Afghanistan qui ne pouvait que placer les deux garçons dans une situation désespérée en Afghanistan après leur expulsion du Danemark.

La disparition d’Abolfazl est survenue alors qu’il attendait à l’extérieur d’un bâtiment public dans lequel Vahid était en train de faire des démarches pour obtenir des papiers officiels. Peu après, celui-ci aurait lui-même été capturé par les talibans et conduit dans une maison jonchée de cadavres parmi lesquels il aurait reconnu celui de son frère. Il raconte avoir réussi à s'échapper.

Slate.fr

Newsletters

Voilà des années que je n'ai franchi un pont

Voilà des années que je n'ai franchi un pont

[BLOG, You will never hate alone] À la lumière de la tragédie de Gênes, j'ai une confession à faire: j'ai une peur panique des ponts. De tous les ponts.

Rien de ce qu’Omarosa dira ou fera n’a d’importance

Rien de ce qu’Omarosa dira ou fera n’a d’importance

Le flot constant de révélations sur le racisme et l'incompétence de Donald Trump fait paraître celles de son ex-conseillère, considérée comme une opportuniste sans principes, peu dommageables.

Un prêtre pédophile a été recommandé par son diocèse pour un job à DisneyWorld

Un prêtre pédophile a été recommandé par son diocèse pour un job à DisneyWorld

On l'apprend dans le rapport qui met en cause plus de 300 prêtres américains pour abus sexuels sur enfants.

Newsletters