Partager cet article

Si l’homme est allé sur la Lune, c’est aussi grâce à une super programmeuse

Project Apollo Archive / Domaine public

Project Apollo Archive / Domaine public

Dans un monde encore très masculin, Margaret Hamilton a réussi à créer le logiciel nécessaire à la réalisation de l’un des plus grands exploits de l’humanité.

En 1960, Margaret Hamilton n’avait que 24 ans quand elle a obtenu un travail de programmeuse au sein du prestigieux MIT. Alors que le milieu de la tech ne laissait que très peu de place aux femmes (un constat qui n’a guère évolué depuis, comme le souligne le New York Times), la jeune femme va chambouler l’ordre établi et réaliser l’impossible à l’époque: être mère de famille et travailler à plein temps, quitte à emmener sa fille Lauren au travail avec elle.

Mais comme le raconte WIRED dans un long portrait publié sur son site, Margaret Hamilton n’a pas amené qu’une révolution de genre; elle et son équipe vont mener à terme une chose qui a bouleversé notre quotidien: le logiciel informatique. Le programme Apollo, lancé par le président Kennedy en 1961, va lui permettre de devenir «une experte dans les systèmes de programmation». Quatre ans plus tard, grâce à son travail et sa persévérance, elle devient même responsable du programme informatique embarqué à bord des futurs vols des missions Apollo.

Programmes pionniers

Les ordinateurs contenant les programmes pionniers de l’équipe d’Hamilton seront embarqués lors des voyages vers la Lune pesaient presque 32 kilogrammes et ont permis aux pilotes de gérer les deux modules qui leur ont fait faire le voyage et les ont posés sur la Lune. «Sans cela, écrit WIRED, Neil Armstrong n’aurait pas pu atteindre la Lune. Et sans les logiciels d’Hamilton, Elyles [un autre programmeur impliqué dans le projet] et l’équipe d’ingénieurs du MIT, l’ordinateur aurait été un échec.»

Le travail de Margaret Hamilton et son équipe s’est révélé décisif lorsque que le module lunaire d’Apollo 11 s’apprêtait à se poser sur le satellite, le 20 juillet 1969. Des messages d’erreur ont commencé à apparaître sur les écrans du module lunaire car les logiciels étaient en train d’effectuer des calculs inutiles pour cette phase de la mission alors que l’appareil aurait dû se concentrer sur l’alunissage. Alertés par ces messages justement mis en place par l’équipe d’Hamilton au MIT, les ingénieurs ont ainsi pu garantir le succès de la mission en ajustant les calculs informatiques et en les orientant vers l’essentiel, l'alunissage.

Depuis les années 1960, Margaret Hamilton a continué de prouver qu’une femme avait sa place dans un monde d’hommes. Elle a même fini par fonder sa propre compagnie spécialisée dans la programmation, Hamilton Technologies.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte