Histoire

Pinochet est bien le commanditaire d'un attentat aux États-Unis en 1976

Temps de lecture : 2 min

Dans un rapport rédigé onze ans plus tard pour le président Reagan, le dictateur chilien est accusé d'avoir ordonné l'assassinat d'opposants en territoire américain.

Pinochet redevenu commandant en chef de l'armée et le président Bush Sr. Bibliothèque du Congrès national chilien via Wikimedia CC License by
Pinochet redevenu commandant en chef de l'armée et le président Bush Sr. Bibliothèque du Congrès national chilien via Wikimedia CC License by

Le 21 septembre 1976, une voiture descend la Massachussetts Avenue de Washington D.C. À son bord, Orlando Letellier, ancien ministre des Affaires étrangères du président chilien Salvador Allende, sa jeune collègue Ronni Moffitt et le mari de celle-ci. Ce dernier sera le seul survivant après l'explosion de la voiture quelques secondes plus tard.

Il n’y a plus aucun doute aujourd’hui que le chef de la police secrète de l’époque de la dictature chilienne, Manuel Contreras, et surtout son patron, Augusto Pinochet avaient commandité cet acte de terrorisme sur le sol américain. L’information a été rendue publique à l’occasion de la visite du secrétaire d’État américain John Kerry à Santiago le 5 octobre dernier où il a été reçu par la présidente Michelle Bachelet. Ce jour-là, le responsable américain a en effet remis à la dirigeante 282 documents liés au Chili rédigés par les services américains et classifiés jusqu’à ce jour.

La bienveillance des États-Unis

L’un d’entre eux révèle que l’exécutif américain savait à quoi s’en tenir quant à cet attentat depuis le 6 octobre 1987 au moins. À cette date, George Shultz, secrétaire d’État de 1982 à 1989, adresse un rapport à destination de son supérieur, le président Reagan. La missive est éloquente à plus d’un titre car elle cible non seulement la responsabilité de Pinochet dans la mort de son opposant politique et de sa collaboratrice mais indique le changement de perception du despote par la diplomatie américaine qui jusqu’ici lorgnait d’un œil bienveillant sur ce conservateur anticommuniste.

George Schultz commence par déplorer l’absence d’élections libres au Chili et l’imminence de la reconduction de Pinochet dans sa fonction à la faveur d’un plébiscite. Il poursuit en mentionnant une note de la CIA qui lui est passée entre les mains et expliquant qu’il existe «une preuve décisive que le président Pinochet a donné l’ordre à son chef des services secrets d’accomplir ces meurtres».

Un crime resté impuni

Schultz fait mine d’hésiter à recommander l’inculpation de Pinochet dans cette affaire mais n’en reste cependant pas là: «C’est l’exemple flagrant de l’implication directe d’un chef d’État dans un acte relevant du terrorisme d’État et dérangeant à double titre car il a eu lieu dans notre capitale et est l’œuvre d’un gouvernement normalement ami.»

Newsweek qui relaie la nouvelle rappelle cependant que, Pinochet, mort à 91 ans en 2006, n’a jamais été condamné pour aucun des nombreux crimes qui ont émaillé son règne entre 1973 et 1990.

Slate.fr

Newsletters

Le bidet (enfin) à la conquête des États-Unis

Le bidet (enfin) à la conquête des États-Unis

L'invention française longtemps délaissée outre-Atlantique est en bonne voie pour séduire les Américains.

L'élégance de «ballerine légère» que Jackie Kennedy doit à Hubert de Givenchy

L'élégance de «ballerine légère» que Jackie Kennedy doit à Hubert de Givenchy

Décédé le 10 mars à l’âge de 91 ans, le couturier français était sans conteste le préféré de la Première dame la plus emblématique des États-Unis.

L'histoire rocambolesque de l'acteur qui s'est fait passer pour un général durant la Seconde Guerre mondiale

L'histoire rocambolesque de l'acteur qui s'est fait passer pour un général durant la Seconde Guerre mondiale

Les services secrets britanniques ont brouillé les pistes en 1944 en utilisant l’acteur Clifton James, pour interpréter le rôle de sosie du général Montgomery.

Newsletters