Life

Bière ou vin pour la planète?

Nina Shen Rastogi, mis à jour le 26.09.2009 à 15 h 54

De ces deux breuvages, lequel a la plus faible empreinte écologique?

Je vais recevoir quelques amis la semaine prochaine; j'ai prévu à la fois de la bière et du vin pour le diner. Une question m'est donc venue: de ces deux breuvages, lequel a la plus faible empreinte écologique ? La bière doit être réfrigérée, ce qui demande de l'énergie ; de son côté, le vin est expédié en bouteilles, ce qui est loin d'être écologique...

Il est difficile d'offrir une réponse simple à une telle question, parce qu'un bon nombre de facteurs entrent en ligne de compte: où le breuvage a-t-il été élaboré? Quel est son contenant est comment celui-ci vous est-il parvenu? Comment a-t-il été entreposé par le revendeur? Le fait de prendre en compte toutes ces variables peut donner le tournis, mais les travaux de recherche les plus fiables montrent qu'il n'est pas nécessaire d'analyser chaque petit détail.

En 2007, un analyste travaillant pour le «Food Climate Research Network» (réseau de recherche établi au Royaume-Uni) a essayé de comptabiliser les émissions de CO2 liées à la consommation d'alcool dans le pays. Trois breuvages ont été pris en compte (bière, vin, spiritueux), mais l'étude n'a pas relevé de différences notables entre eux quant à l'intensité des gaz à effet de serre. Les émissions générées par le vin étaient «légèrement moins importantes» que celles engendrées par la bière, même si l'auteur souligne que les différences infimes relevées (environ 10 grammes d'équivalent de CO2 par unité d'alcool) étaient situées dans la marge d'erreur de l'étude. (Une unité d'alcool correspond à peu près à 10 grammes d'alcool pur, soit un demi de bière ou un demi-verre de vin blanc).

Voilà pour nos amis de l'autre côté de l'Atlantique. Mais on ne boit pas de la même manière au Royaume-Uni et aux Etats-Unis! Les buveurs de bière britanniques, par exemple, consomment presque exclusivement dans les pubs, tandis que les Américains préfèrent déguster ce breuvage chez eux. Quant au vin, la plupart de leurs crus sont importés (et la moitié des bouteilles sont acheminées par voie maritime); en Amérique, en revanche, environ deux tiers des vins consommés sont produits sur le territoire national, en Californie pour la plupart. Mais tant qu'il n'existera pas d'étude approfondie des liens qu'entretiennent alcools et environnement aux Etats-Unis, il faudra s'en tenir aux données britanniques. Et selon l'analyste du Royaume-Uni, les trois catégories d'alcools sont à égalité au regard de l'écologie: inutile de changer de breuvage, donc. Optez simplement pour la marque, l'emballage et les modes de transports les plus écolos.

Venons-en à la bière. De la canette et de la bouteille, quel emballage est le plus vert? Slate s'était déjà prononcé sur le sujet: si votre blonde préférée est brassée près de chez vous et que votre ville dispose d'un bon système de tri sélectif des déchets, optez pour le verre; si elle vient de loin, autant choisir l'aluminium. Un demi pression sera toujours l'option la plus écologique. D'autres paramètres peuvent être pris en compte, comme le prouve une récente analyse de l'empreinte écologique de la bière «Fat Tire». Selon ses auteurs, la production et le mélange des ingrédients (malt, houblon, eau, bulles de CO2 pétillantes) génèrent 678 grammes d'équivalent de CO2, soit environ 21% de l'empreinte totale d'un pack de six bouteilles. Une bonne partie de ce poids (244 grammes) vient des engrais synthétiques servant à faire pousser l'orge et des émissions en provenant; les auteurs de l'étude pensent donc que le fait de passer à l'orge bio aurait des répercussions positives sur l'empreinte écologique de cette bière. (Attention, cependant: le fait de prendre votre voiture pour trouver une marque rare et écolo loin de chez vous réduirait à néant tous les efforts déployés par le producteur...) Au Danemark, une société élabore des bières à l'orge non maltée, ce qui diminue selon eux de 8% leurs émissions de gaz à effet de serre.

La réfrigération, dans les magasins et au domicile des consommateurs, représente un autre tiers de l'empreinte de la «Fat Tire». Toutes choses égales par ailleurs, l'empreinte écologique des bières ne nécessitant pas de réfrigération (comme les «strong beers» et les «standard ales») devraient donc être plus réduite que celle des bières légères, qui doivent rester au réfrigérateur.

Mais assez parlé de bière: comment savoir quels sont les Chardonnays et les Merlots les plus écolos? Tout d'abord, renseignez-vous sur la mise en bouteille. Les œnophiles se bagarrent toujours pour déterminer lequel du bouchon en liège, du bouchon en liège synthétique ou du bouchon à vis en aluminium préserve le mieux le breuvage, mais pour ce qui est de l'écologie, le «World Wildlife Fund» conseille aux consommateurs d'opter pour les bouchons naturels: l'investissement commercial contribuerait selon lui à protéger les forêts menacées ainsi que leurs écosystèmes. (Inutile d'abattre des arbres pour récolter le liège; il suffit d'enlever les premières couches d'écorce). La fabrication des bouchons en liège demande sans doute moins d'énergie que celle des bouchons en plastique ou en métal.

Les «food miles», ou «kilomètres alimentaires», sont des facteurs encore plus importants: les bouteilles de vin sont lourdes (elles représentent entre un quart et la moitié du poids d'une caisse) et peuvent parcourir un bon nombre de kilomètre depuis leur vignoble jusqu'à votre salle à manger. L'étude britannique estime qu'environ 35% des émissions du vin sont générées par le processus de distribution.

Mais la distance n'est qu'une partie de l'équation: le mode de transport importe, lui aussi. C'est la thèse défendue par une étude récente, menée par l'œnologue Tyler Colman et l'ingénieur en développement durable Pablo Päster. Ces deux experts ont fait sensation en proposant de couper l'Amérique en deux. Leur concept: une «ligne verte», barrant le pays à la verticale au niveau du Kansas. Le principe: toute personne habitant à l'est de cette ligne ferait mieux d'acheter du vin venant de Bordeaux, acheminé en bateau depuis la France puis en camion sur le sol américain, plutôt que d'acheter du vin venant de Napa (Californie). En effet, le bateau est généralement considéré comme étant un mode de transport plus écologique, ce qui compense la longueur des voyages. De la même manière, privilégier le train aux camions repousserait la «ligne verte» vers l'est. (L'étude de Colman et Päster ne s'intéresse qu'à l'impact que peut avoir le mode de transport; elle ne prend pas en compte les différences régionales en matière de viniculture ou les mesures d'efficacité des vignobles).

L'une des façons les plus simples et concrètes de préserver la planète serait d'acheter du vin dont l'emballage serait plus léger et plus grand, quelle que soit son lieu d'origine. Quelques vignerons expédient leurs vins dans des conteneurs, rapprochant ainsi le lieu de mise en bouteille du lieu de consommation. D'autres réduisent la quantité de verre dans les bouteilles: une pratique appelée «lightweighting» («allégement»). Les emballages Tetra Pak (en plastique) et ceux en cartons et en métal pour la soupe ou le lait de soja sont plus écolos, parce qu'il faut moins d'énergie pour les fabriquer et les expédier (reste qu'ils sont un peu plus difficiles à recycler).

Enfin, il y a les fameux BIB («bag-in-box»), emballages en carton contenant une poche en plastique faisant barrière à l'oxygène. Aussi écolos que les Tetra Pak; de plus, le carton peut être recyclé. (Le plastique, en revanche, est probablement condamné à l'enfouissement...) Mieux: une fois que la boite est ouverte, le vin peut être conservé bien plus longtemps qu'en bouteille. Les bouteilles en verre ont plus de style, mais les BIB sont plus écologiques: alors, si vous voulez boire tout en préservant la planète, ravalez votre fierté... et optez pour le carton.

Nina Shen Rastogi

Traduit par Jean-Clément Nau

Image de Une: Bouteilles de Cremant d'Alsace Vincent Kessler / Reuter

Nina Shen Rastogi
Nina Shen Rastogi (29 articles)
bièreécologievin
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte