Monde

Une Américaine venue protester contre l'islam change d'avis après avoir parlé à des musulmans

Temps de lecture : 2 min

Le «Rallye global pour l'humanité» organisé ce week-end aux États-Unis pour protester contre l'islam a très peu mobilisé les foules.

Capture d'écran
Capture d'écran

Aux États-Unis, le samedi 10 octobre était une journée officielle de protestations contre l'islam, intitulée le «Rallye global pour l'humanité». Des manifestations avaient été annoncées dans une vingtaine de villes, mais, dans la plupart des cas, personne n'a fait le déplacement. La plus grande a eu lieu à Phoenix en Arizona, où 80 manifestants, parfois armés, sont venus brandir leurs pancartes contre le «terrorisme islamique».

Dans la petite ville de Dublin dans l'Ohio, une seule manifestante anti-islam est venue à la mosquée locale avec une pancarte anticharia. Elle a été accueillie par des fidèles désireux de débattre avec elle au sujet du coran et de Barack Obama, qu'elle a qualifié de musulman. La discussion s'est finie en embrassade avec une femme voilée, une photo qui a fait le tour des réseaux sociaux.

Mesures de sécurité

La dame en question, une certaine Annie, a finalement accepté d'aller voir à l'intérieur de la mosquée, où elle a été applaudie, et a fini par prendre des photos avec des fidèles, rapporte The Independent. Avant de rentrer, elle a dit en plaisantant qu'en tant que chrétienne, elle prendrait probablement feu dans la mosquée.

À Dearborn dans le Michigan, une douzaine de manifestants, certains avec des pancartes «stop à l'islamisation de l'Amérique» ou encore «stop aux réfugiés» ont été accueillis par des contre-manifestants plus nombreux qu'eux. De nombreuses mosquées avaient dû augmenter leurs mesures de sécurité.

Slate.fr

Newsletters

Vogue, du futile à l’utile

Vogue, du futile à l’utile

Claudia Jones, une femme noire, communiste, militante... et oubliée

Claudia Jones, une femme noire, communiste, militante... et oubliée

Née dans les Caraïbes, émigrée aux Etats-Unis puis exilée à Londres, cette militante pour les droits civiques est enterrée à Londres à gauche de Karl Marx.

Comment une commune française a permis le vote d’indépendance de la Catalogne

Comment une commune française a permis le vote d’indépendance de la Catalogne

Elne se situe dans le Languedoc-Roussillon, à environ 200 kilomètres de Barcelone.

Newsletters