Partager cet article

En Suède, la police prend une convention de barbus pour un rassemblement de Daech

Le groupe des "Bearded Villains" dans les ruines du château de Brahehus à Gränna | Avec l'autorisation de Andreas Fransson/Facebook

Le groupe des "Bearded Villains" dans les ruines du château de Brahehus à Gränna | Avec l'autorisation de Andreas Fransson/Facebook

Le groupe d’amateurs de barbe agitait un drapeau noir qui ressemblait à l’emblème de l'État islamique.

Il y a des jours où il ne fait pas bon porter la barbe. Le groupe des «Bearded Villains» l’a appris à ses dépens, samedi 10 octobre, rapporte The Independent. Alors qu’elle se réunissait pour faire une séance photo dans les ruines du château de Brahehus à Gränna, en Suède, une organisation internationale d’amateurs de barbe a été prise pour un groupe de fanatiques de Daech, par la police suédoise. Les policiers avaient été appelés, car une trentaine d’individus habillés avec des vêtements sombres hissaient un drapeau noir dans les ruines du château. Andreas Fransson, membre du groupe et fondateur du site dédié aux barbus Ratemybeard.se, raconte l’anecdote sur sa page Facebook : 

«Hier, nous avions prévu un shooting avec les Bearded Villains. Au milieu du shooting, deux flics sont arrivés, nous dire qu’ils avaient reçu un appel de quelqu'un disant qu’il avait vu environ 30 terroristes brandissant un drapeau de l'État Islamique. Nous avons eu un fou rire avec les flics, qui ont dû répondre à l'appel, mais qui ont tout de suite vu que nous n'étions pas des terroristes.» 

Un poil de discrimination

L’organisation qui se réunit une fois par mois venait de recevoir le drapeau et était enthousiaste de faire des photos avec. Le groupe créé en 2014 a désormais des antennes à travers environ quatre-vingts pays. L’incident, qui pourrait prêter à sourire, exaspère néanmoins le co-leader du groupe John Ekeblad qui estime, via Metro.se, que les barbus sont victimes de discrimination: 

«La barbe est l'un des fondements de notre fraternité, vous ne devriez pas juger les autres avant de connaître les faits. Avec une barbe, chaque jour, vous entendez quelqu'un dire que vous êtes un terroriste.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte