Partager cet article

Le leader de Daech aurait été touché par au moins cinq frappes aériennes en un an

Abou Bakr Al-Baghdadi / Capture d'écran de la vidéo prise à la mosquée de Mossoul /REUTERS

Abou Bakr Al-Baghdadi / Capture d'écran de la vidéo prise à la mosquée de Mossoul /REUTERS

À chaque fois, les affirmations de l’armée irakienne n’ont pas pu être vérifiées, ou se sont révélées fausses.

Dans un communiqué relayé par l’AFP dimanche 11 octobre, les forces armées irakiennes ont affirmé avoir touché le convoi du chef de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi, près de la frontière avec la Syrie. 

«L’armée de l'air irakienne a mené une opération héroïque en ciblant le convoi du terroriste criminel Abou Bakr al-Baghdadi», affirme l’armée avant d’ajouter que le convoi en question se rendait dans «la région de Karbala pour participer à une rencontre des leaders terroristes de Daech». 

En revanche, aucune information n’a été donnée sur son sort. Est-il mort? Est-il blessé? Sait-on même s’il a vraiment été touché? Difficile à savoir, explique le Guardian, qui rappelle que «les forces de sécurité irakiennes ont clamé avoir blessé ou tué Baghdadi dans le passé, mais ces affirmations n’ont jamais été vérifiée ou ont été contredites plus tard.»

Et effectivement, si l’on fouille un peu les archives de la presse en ligne, on s’aperçoit que Abou Bakr al-Baghdadi a été la cible de soi-disant frappes près d’une demi-douzaines de fois depuis septembre 2014. Ce mois-là, le site Iraki News affirme que l’armée américaine a tué le leader lors d’une frappe aérienne sur la ville de Mossoul. La nouvelle n’avait pas été confirmée par le Pentagone, mais des témoins de l’attaque postait des photos du soi-disant corps de Baghdadi. Des informations que l’on sait désormais fausses. 

Rebelote en novembre 2014. Le Time relayait des informations selon lesquelles Baghdadi aurait été blessé, toujours lors de frappes, mais effectuées cette fois par l’armée irakienne. Cette fois, même les ministres de l’Intérieur et de la Défense irakiens ont mentionné des blessures. Quelques jours plus tard, un enregistrement audio du leader viendra mettre fin aux rumeurs sur sa mort. 

Début 2015, le 19 janvier, d’autres sources sur place vont alors déclaré qu’il a été tué par les forces de la coalition à Gwer, une villes située à quelques dizaines de kilomètres d’Erbil. Mais la rumeur la plus forte est arrivée en avril dernier. Le Guardian publie alors un article «exclusif» où il écrit que Abou Bakr al-Baghdadi a souffert de graves blessures après un bombardement en mars 2015, mais dont il se serait remis depuis.

Cette nouvelle affirmation de la part de l’armée irakienne témoigne donc une nouvelles fois des difficultés qu’ont les forces locales et celles de la coalition pour traquer les leaders de l’armée de l’Etat Islamique. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte