Tech & internet

Un quotidien américain utilise des émoticônes pour illustrer la tonalité des articles

Temps de lecture : 2 min

Les emojis proposés par Facebook.
Les emojis proposés par Facebook.

Cette semaine, Facebook a annoncé que six nouvelles émoticônes de réactions - dont la colère, la tristesse et la surprise - seraient testées sur le réseau social en Irlande et en Espagne. Cette nouvelle a donné une idée bizarre à la rédaction de USA Today, un des quotidiens américains les plus lus du pays: pour une journée, les articles en une ont été accompagnés d'une émoticône, comme pour dire au lecteur quelle réaction avoir face aux nouvelles.

USA Today a utilisé les nouveaux émoticônes de Facebook d'une manière terriblement maladroite.

Ainsi, le papier sur Spencer Stone, le héros du Thalys qui s'est fait poignarder en Californie, est accompagné d'une émoticône triste avec une petite larme. Cette décision éditoriale a provoqué de nombreuses moqueries sur Twitter:

Je suis bien contente qu'USA Today ait commencé à utiliser des emojis. Sinon, je n'aurais pas su comment réagir à la nouvelle qu'un héros s'est fait poignarder.

Le rédacteur-en-chef a expliqué à AdWeek que comme ils avaient publié un article sur la décision de Facebook, ils se sont dit qu'il serait intéressant d'utiliser les émoticônes de réactions sur la une du même numéro.

Ainsi, un article sur quatre missiles russes visant la Syrie et tombés en Iran est affublé d'un petit visage rouge et jaune en colère. La juxtapositon entre la réalité de la guerre et cette émoticône qui évoque des textos d'ados énervés est un peu perturbante. Quant à l'article sur l'implosion du parti républicain à la Chambre des représenants, il est accompagné de l'emoji de suprise «wow».

«Les médias sociaux et leurs icônes sont en train de devenir une forme dominante de communication dans notre monde, a tenté d'expliquer le rédacteur en chef. Nous voulions montrer ce que ça donnerait si on les transférait sur du papier».

Slate.fr

Newsletters

Sur les réseaux sociaux, les HLM ne sont plus blêmes

Sur les réseaux sociaux, les HLM ne sont plus blêmes

Relégués aux rubriques faits divers et aux discours misérabilistes par les médias, les grands ensembles français et leur architecture sont désormais célébrés, notamment sur Twitter.

Le sexting favorise les comportements à risque chez les ados

Le sexting favorise les comportements à risque chez les ados

Envoyer des messages et des photos sexuellement explicites affecterait également la santé mentale des jeunes.

Des espions sont sur LinkedIn avec des photos créées par une IA

Des espions sont sur LinkedIn avec des photos créées par une IA

Certains sont entrés en contact avec de hauts responsables américains.

Newsletters