Partager cet article

Les rêves éveillés de l'Orient-Express

Le Venise-Simplon-Orient-Express (groupe Belmond)

Le Venise-Simplon-Orient-Express (groupe Belmond)

L'Orient-Express aiguise toujours les imaginations et les appétits. Que ce soit chez le tycoon américain James Sherwood ou la SNCF. Voyage rêvé auprès de deux projets qui veulent redonner vie au «roi des trains».

1.Le Venise-Simplon-Orient-ExpressLe palace roulant glamour et chic

L'Américain «Jim» Sherwood, jovial, bien enveloppé comme un bon gourmet qu’il a toujours été, a ruminé un projet faramineux en 1977: relancer le train Venise-Simplon-Orient-Express afin de remplir les chambres de l’Hôtel Cipriani, un cinq étoiles unique à Venise qu’il vient d’acquérir. Il est situé sur l’Île de la Giudecca, dans un parc paysager, près d’une piscine olympique: c’est un rêve de pierres d’un confort princier, «l’avant-dernière marche avant le paradis», aurait dit Ernest Hemingway, client fidèle du Harry’s Bar –de l’autre côté des eaux lagunaires.

Hélas, racheté aux filles du patron de l’empire Guinness pour à peine dix millions d’euros, le Cipriani ne décolle pas. Il est boudé par la gentry anglaise, les lords et ladies qui ont le goût de la bonne vie au soleil, se souciant peu de la Cité des Doges: ils préfèrent Nice et les charmes de la Riviera.

Une résurrection miracle

Que faire? L’idée de James Sherwood, soutenu par Shirley son épouse, experte en jardins et fleurs, est de faire venir les «rich and famous» britanniques au Cipriani par le train Orient-Express restauré à l’identique: un voyage glamour, chic et cher pour un séjour inoubliable dans le parc et les suites du Cipriani face au Palais des Doges. Le projet est excitant.

Groupe Belmond

À Monaco, lors de cette vente aux enchères mémorable de 1977, il y a cinq voitures signées Orient-Express en piteux état. Le roi Hassan II du Maroc en achète trois et Sherwood deux. C’est le début de la résurrection quasi miraculeuse de ce train de légende où l’action du roman d’Agatha Christie, Le Crime de l’Orient-Express (paru en 1934), se déroule dans les wagons-lits. L’Histoire et la jet-set sont passés par ce train de luxe.

En cinq ans de recherches, Sherwood et ses limiers vont dénicher dix-sept voitures chez des ferrailleurs, des manouches, des collectionneurs sans le sou. En 1982, le train Art Déco oublié, une seule voiture Lalique, renaît de son agonie et achemine de Londres à Venise une flopée d’invités de marque qui n’en reviennent pas de la prouesse architecturale et technologique du train, du confort des cabines doubles dotées de lavabos et d’un luxe Art Déco: le rêve reprend forme et vie. 

Des voitures de 1929

Et dans le Telegraph, on peut lire une interview du citoyen James Sherwood dont la compagnie Sea Containers recueillera les fruits. Plus tard, il sera fait Citoyen d’honneur de la ville de Venise où il séjourne en août dans une suite du Cipriani, son grand hôtel.

L’homme s’est imposé comme un tycoon qui a ressuscité un épisode marquant de l’histoire de la Grande-Bretagne car les Anglais ont adopté dès 1982 les voitures bleues de ce train tout de beauté qui a renoué avec l’un des itinéraires des origines: Londres, Paris, Venise, Constantinople.

Ces voitures sur rail datent de 1929. La restauration dans tous les détails, la sécurité, la prévention du feu, la stabilité –une tasse de café reste immobile–, les règles de circulation à observer dans les pays traversés… Tout cela tient du miracle ferroviaire conçu et suivi au jour le jour par l’ingénieur spécialiste, Jean-Marie Moreau, l’homme qui aime et connaît mieux l’Orient-Express que personne, il y vit presque tout le temps.

Groupe Belmond

Nouvelles destinations

Ce matin ensoleillé de la fin août 2015, le Venise-Simplon-Orient-Express s’est ébranlé en douceur du quai numéro 4 de la gare Santa Lucia de Venise –17 voitures, 280 personnes à bord, 42 employés, le conducteur du train bardé d’électronique à son poste, et le chef cuisinier français Christian Bodiguel, breton de Guérande, qui nourrit les passagers depuis trentet-un ans –un bail. Les passagers sont là aussi pour se régaler et boire du champagne.

Et dieu qu’il aime mitonner les filets de Saint-Pierre, le carré d’agneau persillé, le cabillaud acheté à Venise, les légumes et fruits livrés à la Gare de Lyon. Tout cela dans un mouchoir de poche sur rail, à la pointe du progrès –plaques chauffantes et cuissons à la seconde. Les Anglais (65% des voyageurs) nettoient leurs assiettes et lampent les vins de France –titillés par la faim et assoiffés!

Renouant avec le temps passé, le train mythique aborde d’autres destinations: Prague, Budapest, Vienne, Stockholm, Istanbul et Dublin (2016) pour le bonheur des voyageurs qui célèbrent à bord un anniversaire de mariage, des fiançailles, un succès, un souvenir à partager – Eddie Barclay a choisi l’Orient-Express pour son dernier mariage, 36 invités pour une fête très arrosée jusqu’à huit heures du matin. Oui, ces voitures historiques, ô combien stables, sont des lieux de plaisir, d’amour et de rêve éveillé.

Le Venise-Simplon-Orient-Express

Réservations Belmond. Tél.: 01 44 50 17 71. Paris-Venise (de nuit) ou Venise-Paris (de jour). Prix: 2.080 euros par personne. Mail: [email protected]
Le site

 

2.L'Orient-Express SNCFDestination 2020

Depuis 2012, la SNCF entend redonner vie et prestige à la marque de trains de luxe à l’occasion du rachat de sept voitures du train mythique cédées par Accor. La ligne Venise-Simplon-Orient-Express a été concédée, contre royalties, au groupe britannique Belmond, ex-Orient-Express Hotels car le train de luxe a toujours été associé à des palaces. C’est toujours le cas avec Belmond et VSOE.

L’idée forte de Patrick Ropert, directeur de la communication à la SNCF, est de ressusciter le train de légende. Le potentiel de la marque est énorme: à l’été 2015, il y a eu 275.000 visiteurs venus découvrir à l’Institut du monde arabe de Paris l’exposition de documents et de souvenirs liés à l’extraordinaire aventure du train (Paris, Istanbul, itinéraire des origines). Le dîner dans les voitures restaurées, concocté par Yannick Alleno (menu à 120 euros), a affiché 95% de taux d’occupation –un plébiscite.

Ni pastiche ni passéisme

D’autres études d’impact montrent que la marque Orient-Express détient un record de notoriété, 90% en Europe, 7% en Asie, États-Unis et Russie, véhiculant les termes de voyage, luxe et raffinement: c’est l’ADN du train créé en 1883 par le général ingénieur belge Georges Nagelmakers, ce sera «le roi des trains et le train des rois».

La SNCF prévoit des destinations comme Budapest, Vienne, Prague, Saint-Pétersbourg et Venise

Pour l’heure, il s’agit de réveiller la belle endormie et de réinventer le futur train Orient-Express prévu en 2020, sans pastiche ni passéisme. Patrick Ropert et son équipe de passionnés du rail souhaitent conduire «une fabrique de l’inoubliable» autofinancée par la SNCF.

Quels itinéraires? Istanbul en 1883 renvoyait à la mode de l’orientalisme un brin désuet, la SNCF prévoit des destinations comme Budapest, Vienne, Prague, Saint-Pétersbourg et Venise, ancrée dans l’histoire du train cher à René Lalique.

Une destination en soi

L’orient-Express 2020 aura une vingtaine de voitures de grand luxe, des suites avec salles de bains pour un voyage sur rail de plusieurs jours et nuits, selon les critères de l’hôtellerie de palace: «le train sera une destination en soi», souligne Patrick Ropert.

Comme le dit Paul Morand, arpenteur du globe, ce qui importe dans le voyage c’est le voyageur, ce qui lui arrive, ce qu’il va vivre à bord des voitures climatisées, ses émotions, ses chocs culturels, tout au long de l’itinéraire choisi.

Trois voitures-restaurants

Cinq à sept ans pour mener à bien ce fabuleux projet, ce n’est pas trop. «La première étape consiste à reconstituer le patrimoine ferroviaire», indique Pascal Travers, directeur des opérations, ex-conducteur de trains, en charge de la communication de la SNCF Intra qui dispose de sept voitures de 1929, de trois voitures-restaurants rénovées par un atelier spécialisé piloté par un ébéniste diplômé de l’École Boulle, et de cinq voitures acquises chez des collectionneurs à remettre en état.

Oui, le projet est faramineux: sept ans de recherches, de travaux, de mises aux normes, ce n’est pas trop. Côté décoration d’intérieur, les boutiques, le cinéma, les salons, le restaurant, le bar, tout cela est conçu par l’architecte d’intérieur et designer de 39 ans. Pierre-Alain Cornaz, ex-membre de l'Atelier Montex du groupe Chanel, est le directeur artistique du futur train Orient-Express. Il songe à une approche futuriste: le projet est à l’état de maquette, de dessins et de rêves. Une chose est acquise: il faut développer un art de vivre Orient-Express et une culture de tous les possibles.

Correction: Dans une première version de l'article, Pierre Alain Cornaz était indiqué comme faisant toujours partie de l’Atelier Montex du groupe Chanel. Nos excuses aux intéressés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte