Partager cet article

Le scandale de la Fifa, c'est vraiment comme «House of Cards»

Netflix

Netflix

Issa Hayatou a pris la tête de la Fifa, jeudi 8 octobre 2015, après la suspension pour 90 jours de ses fonctions de président de l'organisation du Suisse Sepp Blatter, pour «gestion déloyale et abus de confiance» Son possible successeur, le Français Michel Platini, président de l'UEFA, l'instance européenne, n'a pas été oublié:

«Il a lui aussi été suspendu de ses fonctions. Une décision qui provoque un choc majeur dans le monde du football, à quelques semaines de l'élection qui doit désigner un successeur à Joseph Blatter, le 26 février 2016.»

Comme à chaque fois que l'on parle de la Fifa et des scandales liés à la corruption, une évocation –quand ce n'est pas une comparaison– revient assez régulièrement: celle de la série américaine House of Cards et de son personnage principal, le machiavélique, ambitieux et génial Frank Underwood. Dans le quotidien italien La Stampa, Giulia Zonca écrit ainsi:

«Les scénaristes de House of Cards peuvent trouver d'excellentes idées dans cette saga sportive et les jeux de pouvoir ne sont certainements pas finis.»

Dans le même genre, suite à ces révélations, France 24 a même intitulé l'une de ses émissions «le House of Cards de la Fifa: Comment nettoyer le "beautiful game"».

De son côté, sur le site de Sports Illustrated, Ben Lyttleton, qui évoque la suspension du candidat à la présidence de la Fifa Chung Moong-joon pour six ans, parle également de la série:

«Platini et Mong-joon n'ont pas abandonné l'espoir de pouvoir se présenter. Le Sud-Coréen affirme qu'il sera disculpé et a accusé Blatter de jouer sur le long terme pour voir les candidats tomber les uns après les autres, et de compter ensuite sur un congrès de la Fifa qui, incapable d'élire un nouveau président, lui redonnera en urgence les rênes du pouvoir. C'est une stratégie toute droit sortie du manuel de Frank Underwood dans House of Cards, et c'est également la première fois que quelqu'un de lié à cette saga a publiquement suggéré une telle chose.»

Blatter en Underwood est une comparaison assez commune. Sur The Public Apology, Ben Shine avait ainsi consacré un post entier à cette comparaison entre les deux hommes. En juin dernier, So Foot, qui avait décidé de chercher quel personnage de House of Cards correspondrait à quel membre de la Fifa, avait aussi attribué le personnage d'Underwood à Sepp Blatter. Michel Platini, lui, était le président russe Victor Petrov.

Un mois plus tôt, sur Rue89, Clément Guillou avait déjà présenté Sepp Blatter comme «le Frank Underwood du foot», car «ce bon vieux Sepp ne recule, comme le personnage joué par Kevin Spacey, devant aucun coup fourré et a toujours deux coups d’avance sur la concurrence»Interrogé par l'Express à l'occasion de la sortie de son livre, Président Platini, le journaliste Arnaud Ramsay estimait aussi que le Suisse était «un mélange entre Frank Underwood, Berlusconi et François Hollande».

Mais pour certains, Michel Platini a également un peu de Frank Underwood en lui. C'est le cas de FranceTVInfo, qui estimait que comme le personnage de House of Cards, «il a un coup d'avance». Le site évoque ainsi comment le Français s'était imposé dans le comité d'organisation de la Coupe du monde 1998 ou sa relation avec l'homme d'affaires Marios Lefkaritis, comparé au représentant du lobby énergétique Remy Danton.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte