Partager cet article

Daech roule en Toyota, mais du coup Toyota roule-t-il pour Daech?

Un cortège armé du Conseil de la jeunesse islamique de Derna, ayant fait allégeance à l’Etat Islamique le 3 octobre 2014 en Libye. REUTERS / Stringer

Un cortège armé du Conseil de la jeunesse islamique de Derna, ayant fait allégeance à l’Etat Islamique le 3 octobre 2014 en Libye. REUTERS / Stringer

Les autorités américaines s'interrogent sur l'origine des nombreux véhicules de la marque japonaise que l'on peut voir sur les vidéos de propagande de l'État islamique.

C’est un détail qui ne vous a peut-être pas échappé. Dans la quasi-intégralité des vidéos de propagande de Daech, apparaît une grande colonne de pick-ups blancs Toyota, souvent équipés d’une mitrailleuse. Un détail qui pourrait paraître insignifiant, mais qui inquiète et interroge les responsables antiterroristes américains, comme le rapporte ABC News

Le constructeur nippon assure pourtant, via Ed Lewis, un directeur de la communication de marque aux États-Unis, avoir une «politique stricte de ne pas vendre des véhicules à des acheteurs potentiels qui peuvent les utiliser ou les modifier pour des activités paramilitaires ou terroristes». Mais ce qui pose aussi questions aux autorités américaines, c’est que la majorité des voitures semblent neuves. Le constructeur se défend: «Il est impossible pour Toyota de contrôler complètement les canaux indirects ou illégaux à travers lesquels nos véhicules pourraient être détournés», déclare le même Ed Lewis. 

«Comprendre comment arrivent-ils là-bas»

A priori, les véhicules ne viennent pas directement de la région. En Irak, les ventes de la marque ont baissé entre 2013 et 2014. En Syrie, l'accord commercial avec le distributeur local a cessé en octobre 2012.

Mark Wallace, un ancien ambassadeur américain aux Nations Unies, déplore à ABC News le trop faible suivi de la marque japonaise sur l'origine que de ces voitures: 

«Malheureusement, le Toyota Land Cruiser et Hilux sont effectivement devenus presque partie intégrante de la marque Daech. Je ne pense pas que Toyota essaie de profiter intentionnellement de ça, mais ils sont prévenus maintenant et ils devraient faire plus. Ils devraient être en mesure de comprendre comment ces véhicules arrivent là-bas.»


Les pick-ups de Toyota sont malgré eux, devenus un des principaux objets préférés des combattants à travers le monde, derrière la célèbre Kalachnikov AK-47. Des Talibans à Boko-Haram en passant par Daech, tous sont unanimes pour saluer les «performances» du véhicule, robuste, passe-partout et qui permet d’installer une mitrailleuse à l’arrière. Pas sûr toutefois que cette publicité soit extrêmement bénéfique pour le constructeur nippon, premier vendeur de voitures au monde. Les actionnaires de Toyota seraient d'ailleurs en discussion sur le sujet avec les autorités américaines.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte