Partager cet article

L'histoire sans fin des fins du monde

End of the world | Nico Time via Flickr CC License by

End of the world | Nico Time via Flickr CC License by

Alors qu'un groupe de chrétiens américains avait prédit la fin du monde le 7 octobre 2015, un site recense les annonces de mort de l'humanité les plus célèbres du XXe siècle.

La communauté chrétienne américaine eBible Fellowship avait prévu la fin du monde pour le 7 octobre. Même si ses membres se sont apparemment trompés, le site The Verge a recensé, avec humour, certaines annonces d’apocalypse qui ont égayé le XXe siècle (la liste n’est pas exhaustive, loin s’en faut). Ironique, le journaliste en ajoute même quelques-unes de son crû.

The Verge a d’abord exhumé le souvenir du passage de la comète de Halley le 19 mai 1910. Camille Flammarion, un astronome français, craint que le gaz cyanogène présent dans la queue de l’astre n’imprègne la terre et «puisse éradiquer toute vie sur la planète». Non seulement rien de tel ne s’est passé mais ledit gaz ne pourrait avoir qu’une action bénigne sur la Terre selon les spécialistes.

Il y a également le 21 décembre 1954, date à laquelle la résidente de Chicago Dorothy Martin est persuadée qu’une marée immense submergera la Terre. Elle reçoit ses informations sur cette funeste inondation en provenance de la planète «Clarion», dont les habitants lui auraient également promis de sauver les «croyants» qu’elle aura pu rassembler. À 4h45 du matin le 21 décembre, alors que ses partisans se désespèrent de ne recevoir jamais le secours extraterrestre avant l’apocalypse prévue aux alentours de 7 heures, Martin assure recevoir une nouvelle communication. Selon celle-ci, la fin du monde est annulée grâce à l’action de Dorothy Martin et ses fidèles. Cet épisode suscitera le classique de la psychologie sociale When Prophecy Fails.

Mieux vaut ne rien prévoir à partir de 2016

L’article mentionne encore les angoisses soulevées par l’hypothèse du Bug de l’an 2000, les illuminations du pasteur Harold Camping prévoyant la fin des temps pour le 21 mai 2011, les exégèses hallucinés du calendrier maya s’interrompant à la fin de l’année 2012.

Comme si ça ne suffisait pas, The Verge imagine encore quelques fins possibles pour l’humanité. L’une des plus brillantes est celle-ci: un épisode des Simpson est censé, via des combinaisons numérologiques scabreuses appuyées sur le numéro de production de l’émission, avertir les hommes de leur destruction pour le 4 février 2016. Malheureusement, après cette date, «personne ne subsiste pour raconter la méthode de destruction de la planète», explique malicieusement l’auteur. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte