Partager cet article

Un site religieux annonce la fin du monde pour aujourd'hui (après s’être trompé en 2011)

Les survivants de l'Apocalypse | khreesy via Flickr CC License by

Les survivants de l'Apocalypse | khreesy via Flickr CC License by

Selon le site eBible Fellowship, ce 7 octobre 2015 pourrait être le dernier jour de l'humanité.

Arrêtez tout ce que vous êtes en train de faire et commencez à vous poser les bonnes questions. En effet, The Daily Dot rapporte que l’eBible Fellowship, site chrétien américain en ligne, prophétise la fin du monde dans le courant de la journée de ce mercredi 7 octobre. Dans la plus pure tradition calviniste et puritaine, cette association biberonnée à L’Apocalypse selon saint Jean prédit le salut des élus et la damnation irrémédiable des damnés que Dieu a choisi de laisser de côté. «Le 7 octobre est le jour où Dieu réunira au Paradis les fruits de tous ceux qu’il a sauvés, et achèvera la destruction de ceux qu’il n’a pas sauvés», explique un tract rédigé par cette communauté dont le siège est à Philadelphie et qui prend bien soin de préciser qu’elle n’est pas une Église.

Problème: le groupe avait déjà annoncé la fin du monde pour le 21 mai 2011. Or, selon toutes probabilités, le Jugement dernier apparemment prévu pour ce jour-là a été ajourné, de quoi entacher la crédibilité du groupe... Non, bien sûr, selon eBible Fellowship, qui esquive le coup en assurant qu’à partir du 21 mai 2011 l’Éternel s’est penché sur le cas des damnés pour les punir. Le Guardian apporte une explication supplémentaire à la signification du 21 mai 2011 pour l’association: à cette date, Dieu aurait arrêté son choix quant aux chrétiens pratiquants à sauver.

Peut-être bien que oui, peut-être bien que non

Ce 21 mai succède à un autre dans l’eschatologie de ces Nostradamus connectés, celui de 1988, qui aurait vu Dieu procéder à l’examen approfondi de toutes les Églises du monde.

Pas fou, Chris McCann, fondateur d’eBible Fellowship, avance qu’«il existe une forte probabilité pour que le 7 octobre 2015 soit le dernier jour du monde», ce qui signifie également qu’il existe «une possibilité improbable qu’il ne le soit pas». Visiblement, le personnage est soucieux d’éviter le triste destin d’Harold Camping, ce pasteur californien qui, après avoir annoncé deux fois l’Apocalypse lors de l’année 2011 en poussant l’imprudence jusqu’à oublier de se ménager une porte de sortie, avait décidé de prendre sa retraite (à 90 ans passés tout de même) avant de mourir en 2013. On souhaite au contraire à Chris McCann de pouvoir annoncer encore beaucoup de fins du monde.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte