Culture / Égalités

Kanye West estime avoir été discriminé parce qu’il n’était pas gay

Temps de lecture : 2 min

Le rappeur mais aussi patron d’une marque de vêtements pense n’avoir pas réussi à percer dans le milieu de la mode parce qu’il est hétérosexuel.

Kanye West pose avant un défilé de mode de Christian Dior, en mars 2015 | REUTERS/Charles Platiau
Kanye West pose avant un défilé de mode de Christian Dior, en mars 2015 | REUTERS/Charles Platiau

Peut-on être discriminé au travail parce que l’on est pas gay? Cette idée, qui résonne à première vue comme une absurdité si l'on considère les nombreuses études qui ont montré qu'on a plus de chances d'être moins bien payés si l'on est homosexuel, a été avancée par le rappeur et patron d’une marque de vêtements, Kanye West. La célébrité parlait toutefois d’un milieu spécifique, le monde de la mode, réputé entretenir des liens étroits avec la communauté gay, comme l’a montré une exposition en 2013.

«Je sens que j’ai été discriminé dans la mode parce que je n’étais pas gay», a-t-il affirmé dans une interview avec le Show Studio mardi 6 octobre, comme le rapporte le Huffington Post. Passionné par les vêtements et le «look», Kanye West a lancé sa première collection de prêt-à-porter en 2011, laquelle n’eut pas un grand succès.

Peu suspect d’homophobie, la star, qui a souvent combattu les propos discriminatoires de ses collègues chanteurs, a aussi rendu hommage dans cette même interview au rappeur Frank Ocean, l’un des premiers à avoir fait son coming-out dans un milieu musical réputé peu tendre avec les gays.

Kanye West a affirmé que, selon lui, les personnes qui «cassent les stéréotypes sont les personnes qui font l’histoire». Il a aussi affirmé en référence à l’ex-sportive Caitlyn Jenner qui a révélé il y a quelques mois son identité transgenre qu’il se sentait fier d’être dans une famille avec «tant de pionniers».

Newsletters

«Top Gun Maverick»: «Top Gun», mais en bien

«Top Gun Maverick»: «Top Gun», mais en bien

Trente-six ans après la sortie du film originel, Joseph Kosinski réalise un nouveau divertissement qui surpasse en tous points le premier.

Festival de Cannes, jour 4: «Frère et sœur», le bruit et la fureur du vivant

Festival de Cannes, jour 4: «Frère et sœur», le bruit et la fureur du vivant

Le nouveau film d'Arnaud Desplechin est un vertigineux et bouleversant affrontement entre Alice et Louis, qui se haïssent d'amour.

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio