Tech & internet / Culture

[VIDÉO] Si «Game of Thrones» se passait dans la Silicon Valley

Temps de lecture : 2 min

Voici le nouveau générique de la série, avec Apple, Google et Facebook en guise de royaumes.

Le générique de la série Game of Thrones a la particularité de présenter les royaumes où se déroulent l'intrigue dans chaque épisode. Il est tellement connu qu'il a été détourné à de nombreuses reprises.

Toute la saga, inspirée des romans de George R.R. Martin, dépeint la quête des différents personnages pour obtenir le trône. Vanity Fair a donc détourné ce générique pour remplacer les royaumes par des grands groupes de la Silicon Valley: d'abord MSN, Yahoo, AOL puis Google, Apple, Facebook. Et Twitter, Instagram, Snapchat, Slack.

«La réponse est dans le cloud»

Facebook est décrit comme étant dirigé par «un impétueux seigneur de guerre qui collecte les images des visages de ces ennemis dans un livre».

Qui dirigera Internet demande la voix off (en anglais) à la fin? «La réponse est dans le cloud.»

Ce détournement n'est pas sans rappeler celui de la série Silicon Valley –diffusée sur HBO aux États-Unis et en France sur OCS–, et qui dépeint la vie d'entrepreneurs qui essaient de lancer leur start-up face aux grands groupes qui dominent le marché.

Slate.fr

Newsletters

Pendant neuf heures, les Cubains ont pu accéder à internet de n'importe où. Une révolution

Pendant neuf heures, les Cubains ont pu accéder à internet de n'importe où. Une révolution

«Nous devons être capable de mettre en ligne un contenu révolutionnaire» a déclaré le nouveau président cubain Miguel Díaz-Canel.

Un an dans l'intimité de la Taverne des Patriotes, repaire de militants nationalistes

Un an dans l'intimité de la Taverne des Patriotes, repaire de militants nationalistes

Un simple clic suffit à découvrir l’un des plus grands forums de discussion en ligne des sympathisants de Marine Le Pen. Pendant la campagne présidentielle de 2017, il revendiquait plus de 2.500 membres. Bienvenue dans la «Taverne des Patriotes».

Google traque tous ses usagers… même ceux qui désactivent leur localisation

Google traque tous ses usagers… même ceux qui désactivent leur localisation

Deux milliards d’utilisateurs seraient affectés.

Newsletters