Économie

Le PDG d'Alaska Airlines perd son bagage sur un vol... Alaska Airlines

Temps de lecture : 2 min

Bradley Tilden a avoué qu'il avait perdu une de ses valises pendant 24 heures après un vol sur Alaska Airlines.

Un avion de Alaska Airlines se pose dans un aéroport de l'Etat de Washington aux Etats-Unis, le 4 octobre 2013. REUTERS/Jason Redmond
Un avion de Alaska Airlines se pose dans un aéroport de l'Etat de Washington aux Etats-Unis, le 4 octobre 2013. REUTERS/Jason Redmond

Vingt-cinq dollars de réduction ou 2.500 miles en guise de points de fidélité, c'est ce qu'obtiennent les voyageurs qui empruntent la compagnie Alaska Airlines s'ils n'obtiennent pas leurs bagages vingt minutes après être sortis de l'avion.

Quelle ne fut donc pas la surprise des auditeurs d'une conférence sur l'aviation à Washington aux États-Unis la semaine passée, quand le PDG d'Alaska Airlines, Bradley Tilden, confia que ses bagages avaient été perdus à son arrivé, et qu'il ne les avait obtenus que le lendemain. D'autant que ce n'était pas la première fois. Un premier incident s'était produit vingt-cinq ans plus tôt.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Les médias sont présents et j'espère que personne ne prendra en notes ce que je dis pour aller l'imprimer ensuite», a-t-il ajouté, souriant, rapporte The Los Angeles Times –qui n'a donc pas respecté son souhait. Il n'a pas précisé, en revanche, s'il avait opté pour les vingt-cinq dollars de crédit ou les 2.500 miles.

Newsletters

La politique du «quoi qu'il en coûte» a bien sauvé l'économie française

La politique du «quoi qu'il en coûte» a bien sauvé l'économie française

Selon les estimations du Cepremap, les mesures macroéconomiques mises en place à partir de 2020 ont non seulement limité la contraction du PIB, mais également l'augmentation de la dette publique.

À Calais, le retrait d'un gros donateur met en difficulté les associations d'aide aux migrants

À Calais, le retrait d'un gros donateur met en difficulté les associations d'aide aux migrants

​​​​​​​Le fonds britannique Choose Love a retiré ses financements à sept organisations calaisiennes. En charge des personnes exilées, certaines se retrouvent plongées dans l'incertitude, avec l'impératif de trouver d'autres sources d'argent.

À qui profitent les bullshit jobs?

À qui profitent les bullshit jobs?

Au fond, si le marché récompensait véritablement l'efficience, les tâches inutiles devraient disparaître naturellement. Non?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio