Sciences

Vos empreintes digitales pourraient révéler vos origines ethniques

Temps de lecture : 2 min

Des scientifiques ont démontré que l’examen minutieux d’une empreinte digitale donne des informations généalogiques.

Une empreinte digitale révèle votre identité… et donne une piste sur celle de vos ancêtres | Chris Isherwood via Flickr CC License by

Les plis et crêtes épidermiques qui constituent vos empreintes digitales révèlent aussi des informations sur vos ancêtres. C’est ce que viennent de démontrer des chercheurs en anthropologie dans une étude publiée dans l’American Journal of Physical Anthropology et repérée par CBS News.

Pour parvenir à ce constat (qui mérite encore d’être répliqué sur un échantillon plus grand et plus varié), les empreintes de l’index droit de 243 individus de différentes origines (122 Afro-Américains et 121 Américains caucasiens) ont été examinées avec minutie. Et pour cause: les minuties, ces points d’irrégularité que l’on retrouve sur les lignes papillaires, ne varient pas suivant le sexe; mais les chercheurs ont observé une corrélation entre les types de minutie et l’origine ethnique. Il s’avère que le nombre de bifurcations pourrait ainsi informer sur l’origine d’une personne, les Afro-Américains ayant statistiquement six fois plus de chance d’avoir de telles minuties sur leurs doigts.

Cette découverte intéresse le champ de l’anthropologie, les chercheurs utilisant d’ores et déjà les traits dermatoglyphes pour savoir si deux populations sont ou non proches. Et elle peut aussi apporter sa pierre à l’édifice de la science médico-légale. En effet, en 2009, l’Académie des sciences américaines signalait que l’étude des empreintes digitales était encore incomplète. Les chercheurs souhaitent donc poursuivre leurs travaux afin de parfaire la connaissance scientifique des dactylogrammes et ainsi de diminuer le taux d’erreur lorsqu’ils sont utilisés pour identifier un individu.

Slate.fr

Newsletters

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Pourquoi la sonde Parker ne va pas fondre près du Soleil

Pourquoi la sonde Parker ne va pas fondre près du Soleil

La sonde solaire de la Nasa est parti en direction de l'étoile ce 12 août.

On sait comment la lumière bleue abime les yeux

On sait comment la lumière bleue abime les yeux

Elle déclenche la création d’une molécule toxique pour la rétine.

Newsletters