Partager cet article

Les Allemands sont-ils désormais «un peuple»?

Mur de Berlin | Abhijeet Rane via Flickr CC License by

Mur de Berlin | Abhijeet Rane via Flickr CC License by

Une étude liste les différences entre les Allemands de l'Ouest et ceux de l'Est vingt-cinq ans après la Réunification.

Vingt-cinq ans après la réunification des deux Allemagnes le 3 octobre 1990, les citoyens des anciens et des nouveaux Länder sont-ils désormais «un peuple», comme ils le clamaient à l'époque? C'est la question que se sont posée des chercheurs de l'Institut berlinois pour la population et le développement, qui viennent de publier une vaste étude intitulée «So geht Einheit» (ainsi va l'unité) disponible en téléchargement gratuit sur son site internet. L'hebdomadaire Der Spiegel reprend quelques résultats significatifs de l'étude et dresse ainsi la liste des petites et grandes différences entre les Allemands de l'Ouest et ceux de l'Est.

Les Allemands de l'Ouest continuent d'être les plus riches. Et les Allemands les plus fortunés habitent d'ailleurs en majorité dans les anciens Länder: seuls 6 des 500 citoyens allemands les plus riches vivent à l'Est. Et seuls 14 d'entre eux vivent à Berlin, et pour la plupart dans les quartiers de l'ouest de la ville. De la même façon, les voitures allemandes les plus chères, à l'instar des modèles de la marque BMW, sillonnent avant tout les routes des anciens Länder.

Les Länder de l'Est ont perdu plus de 2 millions d'habitants entre 1991 et 2013, tandis que ceux de l'Ouest en gagnaient 2,5 millions sur la même période. La raison principale est la chute brutale du taux de natalité chez les Allemandes de l'Est durant les premières années de la Réunification: il est passé de 1,5% en 1989 à 0,7% enfant par femme en 1992, et ce, notamment à cause de l'angoisse des foyers est-allemands concernant l'avenir. Depuis 1994, l'augmentation des naissances à l'Est a repris son cours, dépassant même en 2006 le taux de natalité des Länder de l'Ouest.

Religion socialiste

Les habitants des nouveaux Länder sont par ailleurs plus xénophobes que leurs voisins de l'Ouest:

«Ce sont surtout les Allemands de l'Est qui continuent à avoir des opinions extrêmes sur les étrangers. L'enquête fait également ce constat glaçant. Ce qui est frappant puisque la plupart des migrants ne vivent pas dans les nouveaux Länder.»

Les Allemands de l'Ouest et de l'Est se ressemblent par contre plus en ce qui concerne leur désintérêt pour la religion. Plus des trois quarts des habitants d'ex-RDA, après quarante ans d'athéisme prôné par l'État communiste et d'oppression des communautés religieuses, ne sont ni catholiques, ni protestants, ni juifs, ni musulmans. En Allemagne de l'Ouest, le nombre d'habitants qui décident de quitter l'Église catholique ne cesse d'augmenter: 218.000 Allemands ont ainsi effectué cette démarche en 2014, comme le rapportait alors Der Spiegel.

Autre constat de l'étude: l'idéologie socialiste a survécu à la chute de la RDA. Après la Réunification, le parti au pouvoir en Allemagne de l'Est, le SED, est devenu le parti de gauche radicale Die Linke. Le parti est aujourd'hui très implanté dans les nouveaux Länder et est même aujourd'hui représenté dans plusieurs parlements régionaux des anciens Länder.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte