Partager cet article

Aux Etats-Unis, il y a eu plus d'une fusillade par jour en 2015

Devant l'Umpqua Community College, dans l'Oregan, quelques heures après la fusillade. REUTERS/Steve Dipaola

Devant l'Umpqua Community College, dans l'Oregan, quelques heures après la fusillade. REUTERS/Steve Dipaola

Le second mandat de Barack Obama à la Maison Blanche a été marqué par de nombreuses fusillades. La dernière en date a eu lieu sur un campus universitaire de l'Oregon, dans le nord-ouest des Etats-Unis, jeudi 1er octobre, a fait au moins neuf morts, tandis que le tireur a été abattu par la police. Un drame qui en rappelle d'autres: en 2015, 294 fusillades ont été enregistrées lors des 274 premiers jours de l'année et près de 10.000 personnes sont mortes dans le pays à cause des armes à feu.

Le Washington Post a recensé dans un graphique toutes les fusillades –avec au moins quatre blessés ou morts au même moment et dans un même endroit– et note que les semaines sans fusillades sont très rares aux Etats-Unis. Durant le second mandat de Barack Obama, aucune semaine «classique» –du dimanche au samedi suivant– ne s'est déroulée sans qu'un évènement de ce genre ne se produise dans le pays. Le quotidien américain note que la plus longue période de répit sans fusillade n'a pas duré plus de huit jours consécutifs. Il mentionne aussi quelques autres rares périodes d'accalmie, un enchaînement de sept jours consécutifs en 2013 et quelques périodes de six jours.

Une fusillade tous les 64 jours

Aux Etats-Unis, plusieurs commentateurs nient fermement une augmentation des fusillades dans le pays. Et pourtant, les statistiques semblent leur donner tort. Dans une chronologie réalisée en octobre 2014 par le site Mother Jones grâce aux données du FBI et de l'Ecole de santé publique de Harvard, on remarque qu'elles se multiplient, notamment depuis 2011. Entre 1982 et 2011, l'intervalle de temps entre les fusillades était en moyenne de 200 jours. Depuis la fin de l'année 2011, cet écart de temps s'est considérablement réduit: il est désormais de 64 jours en moyenne. Pour symboliser ce phénomène, le Washington Post évoque les graves incidents survenus le 12 mai 2013 aux Etats-Unis. Ce jour-là, des fusillades séparées –et sans lien apparent– avaient éclaté dans le New Jersey, dans l'Arizona, en Californie et en Louisiane. 

«Seize ans après la tuerie de Columbine, qui a touché l'Amérique en plein cœur, des gens se font encore tirer dessus alors qu'ils sont à l'école. Des gens se font tirer dessus alors qu'ils sont au travail. Des gens se font tirer dessus pendant qu'ils mangent. Des gens se font tirer dessus pendant qu'ils boivent. Des gens se font tirer dessus pendant qu'ils regardent un film, pendant qu'ils font les magasins, pendant qu'ils conduisent, pendant qu'ils nagent, pendant qu'ils jouent au baseball. Nous sommes en 2015 et, en Amérique, des gens se font tirer dessus en faisant à peu près tout ce que vous pouvez imaginer», écrit Mother Jones, qui a recueilli de manière très précise les données sur les causes, les auteurs, les statistiques et le contexte des fusillades sur le sol américain.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte