Monde

À 25 ans, il a déjà survécu à deux fusillades à Roseburg, dans l’Oregon

Temps de lecture : 2 min

Kenny Ungerman est devenu le symbole de la fréquence des tueries de masse aux États-Unis: il a, en moins de dix ans, survécu à deux fusillades survenues dans la même ville.

Veillée aux chandelles en mémoires des victimes de la fusillade sur le campus de l’Umpqua Community College, à Roseburg, dans l’Oregon, le 1er octobre 2015 | REUTERS/Steve Dipaola
Veillée aux chandelles en mémoires des victimes de la fusillade sur le campus de l’Umpqua Community College, à Roseburg, dans l’Oregon, le 1er octobre 2015 | REUTERS/Steve Dipaola

Depuis 2012 aux États-Unis, il y a eu 143 fusillades dans des écoles, dont 35 mortelles, la plus récente étant le massacre de 9 personnes dans une université de l'Oregon le 1er octobre. Le meurtier de 26 ans, Chris Harper, a été tué par la police.

Un des survivants de cette tuerie sur le campus de l'Umpqua Community College, à Roseburg, est devenu le symbole de la terrible fréquence des fusillades aux États-Unis. Interviewé par la chaîne MSNBC, Kenny Ungerman expliquait en effet à l'antenne que, dans sa ville natale de Roseburg, il avait ainsi survécu à deux fusillades en moins de dix ans.

«J'étais aussi au lycée de Roseburg quand il y a eu la fusillade en 2006. Donc c'est fou de penser que j'étais sur le campus quand il y a eu une autre fusillade», expliquait Ungerman, un ancien soldat de 25 ans qui commence ses études dans cette université.

En février 2006, dans le lycée de Roseburg, un jeune de 14 ans avait tiré quatre fois et blessé un camarade de classe au pistolet semi-automatique.

Une fusillade tous les 64 jours

Les tueries de masse sont de plus en plus fréquentes aux États-Unis: une étude de Harvard publiée en 2014 montrait notamment que, de 1982 a 2011, il y avait eu une fusillade tous les 200 jours environ, alors que, depuis 2011, le taux était d'une fusillade tous les 64 jours.

Après la fusillade dans l'Oregon, le président Barack Obama a critiqué la façon dont le Congrès bloquait toutes les réformes concernant les armes à feu:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Demandez aux médias de compter le nombre d'Américains tués par des attaques terroristes ces dix dernières années et le nombre d'Américains tués par des armes à feu. Publiez-les côte à côte dans vos articles. Ces informations ne viendront pas de moi, mais de vous. Nous dépensons plus d'un billion de dollars, nous votons d'innombrables lois et nous avons des agences entièrement consacrées à la prévention d'attaques terroristes sur notre sol, et c'est tout à fait légitime. Pourtant, nous avons un Congrès qui nous empêche même de recueillir des données sur la façon dont nous pourrions réduire les morts par armes à feu. Comment est-ce possible?»

Newsletters

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

C'est normalement le montant à payer pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale». Mais dans le cas d'une internaute, ce prix semble loin d'être justifié.

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

Les dirigeants chinois comprennent Poutine, mais ne peuvent pas le soutenir

Les dirigeants chinois comprennent Poutine, mais ne peuvent pas le soutenir

Ne pas se ranger du côté des États-Unis, ni apporter de soutien inconditionnel à Moscou... L'invasion russe de l'Ukraine ne facilite pas la position de Pékin.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio