Santé

Il était plus facile d'être mince dans les années 80

Temps de lecture : 2 min

Greg Dybisz participe à une émission de téléréalité où le but est de perdre du poids. Ici dans une salle de sport en Utah, le 7 septembre 2010. REUTERS/Rick Wilking
Greg Dybisz participe à une émission de téléréalité où le but est de perdre du poids. Ici dans une salle de sport en Utah, le 7 septembre 2010. REUTERS/Rick Wilking

Cela semble difficile à croire: une étude publiée par la revue scientifique Obesity Research & Clinical Practice, et rapportée par The Atlantic, conclut qu'il est plus difficile pour un adulte de faire le même poids qu'il y a vingt ou trente ans, même en mangeant une quantité similaire de nourriture et en faisant de l'exercice de la même manière.

Les chercheurs ont étudiés les cas de 36.400 Américains entre 1971 et 2008, et l'activité physique de 14.419 personnes entre 1988 et 2006. Ils les ont regroupé les données en fonction des quantités de nourriture, de l'activité physique, de l'âge et de l'indice de masse corporelle.

Et ils en sont venus à une conclusion étonnante: une personne absorbant, en 2006, le même nombre de calories, avec la même quantité de gras et de protéines, faisant de l'exercice comme une personne en 1988, a un indice de masse corporelle de 2,3 points supérieur. Autrement dit, les gens aujourd'hui pèsent 10% de plus que dans les années 80, même s'ils ont la même hygiène de vie.

Comment expliquer ces différences? Il y a davantage de produits chimiques (pesticides, conservateurs) dans les aliments de nos jours, notamment dans les plats préparés. Cela peut altérer la façon dont le corps digère la nourriture ingérée. C'est aussi lié, avancent les scientifiques, à la consommation croissante de médicaments. Enfin, les chercheurs notent que les bactéries du corps peuvent avoir évolué, certaines liées au système digestif peuvent ainsi rendre certaines personnes plus enclines à la prise de poids. Les Américains mangent beaucoup plus de viandes aujourd'hui, dont beaucoup sont pleines d'hormones et traitées aux antibiotiques. C'est l'une des pistes qui explique que les bactéries de l'estomac puissent avoir changé.

Slate.fr

Newsletters

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

Les praticiens qui ne savent pas écouter les souffrances de leurs patients les poussent vers des produits et services scientifiquement fumeux.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters