Partager cet article

En Allemagne, des salafistes tentent de radicaliser les réfugiés

Le prédicateur salafiste Pierre Vogel le 7 septembre 2013 | REUTERS/Kai Pfaffenbach

Le prédicateur salafiste Pierre Vogel le 7 septembre 2013 | REUTERS/Kai Pfaffenbach

Les autorités allemandes prennent les tentatives d'approche des migrants par les activistes salafistes très au sérieux.

Le 7 septembre dernier, alors que les premiers trains transportant des réfugiés arrivaient en gare de Munich, deux figures-phares de l'islam radical en Allemagne, Sven Lau et Pierre Vogel, lançaient un appel vidéo sur Internet en invitant les musulmans à se rendre dans les foyers de réfugiés pour y organiser des prières en compagnie des demandeurs d'asile de même confession. Le second a entre temps édité une brochure destinée aux activistes salafistes, rapporte le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung:

« Vogel conseille à ses amis de former des équipes, de repérer tous les foyers de réfugiés se trouvant dans les environs et de s'y rendre. “Apportez des cadeaux! recommande Vogel. Ne vous laissez pas décourager si jamais un membre du personnel ou un réfugié ne se comporte pas de manière polie.”»

Les autorités allemandes prennent ces tentatives d'approche très au sérieux. Comme l'expliquait récemment au quotidien Die Welt le président de l'Office fédéral de protection de la Constitution, Hans-Georg Maaßen, les jeunes réfugiés qui arrivent en Allemagne sans leurs parents intéressent particulièrement les salafistes allemands à la recherche de nouvelles recrues:

«Ce sont des proies faciles.»

Promotion religieuse

D'après les données communiquées par l'Office fédéral de protection de la Constitution à la FAZ, une trentaine de tentatives d'approche de réfugiés musulmans par des activistes salafistes auraient été recensées jusqu'à présent dans la région de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, où les réseaux salafistes sont particulièrement bien implantés. Le quotidien rapporte ainsi l'une d'entre elles:

«À la mi-septembre, des salafistes au crâne rasé portant des tuniques blanches et des barbes noires sont apparus dans de grands foyers de Dusseldorf et ont demandé aux membres de la Croix-Rouge combien de musulmans se trouvaient dans la ville de tentes. Ils avaient apporté vingt miches de pain et des sucreries et ont annoncé vouloir lire le Coran aux musulmans. Les bénévoles s'y sont opposés.»

Interrogé par le quotidien, le chercheur de l'Université d'Osnabrück Michael Kiefer, spécialiste de l'islam, estime pourtant que ce phénomène est surestimé par les médias:

«À ma connaissance, il n'y a pas d'action de promotion massive.»

Les salafistes ne sont d'ailleurs pas les seuls à faire la promotion de leurs convictions religieuses auprès des réfugiés, poursuit le quotidien:

«Ce que les services de police, de protection de l'État et de protection de la Constitution constatent tous, c'est que toutes les organisations possibles veulent se faire connaître auprès des réfugiés dans le sud-ouest [de l'Allemagne].»

Dans la ville badoise de Sigmaringen, par exemple, des témoins de Jéhovah ont récemment installé leurs stands près d'un centre d'hébergement pour réfugiés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte