Sciences

Un scientifique russe espère vivre plus longtemps en s'injectant une bactérie

Temps de lecture : 2 min

La bactérie a été découverte dans la région de Iakoutsk en Sibérie. REUTERS/Viktor Everstov
La bactérie a été découverte dans la région de Iakoutsk en Sibérie. REUTERS/Viktor Everstov

Les sous-sols gelés de la Sibérie orientale détiendraient-ils le secret pour vivre plus longtemps? C'est la thèse d'Anatoli Brouchkov, un scientifique russe responsable du département de géocryologie –l'étude des sols gelés en permanence dans les régions froides– de l'université d'État de Moscou, qui affirme qu'une bactérie vieille de plusieurs millions d'années (appellée Bacillus F) serait la clé pour un allongement de la durée de vie.

Après avoir testé cette bactérie sur des souris ou des mouches, il a décidé de se l'inoculer lui-même, rapporte le Telegraph. À ses yeux, celle-ci apporterait de nombreux bienfaits à l'organisme humain, à commencer par une meilleure longévité et une meilleure fertilité. «Je me suis mis à travailler plus longtemps et je n'ai pas attrapé de grippe depuis deux ans», a-t-il déclaré dans une interview au Siberian Times. D'après sa propre expérience, l'inoculation d'une telle bactérie ne comporte aucun danger puisqu'elle serait déjà présente dans l'eau consommée par les habitants de la région.

Manque de rigueur scientifique

Toutefois, les observations de ce chercheur sont à prendre avec des pincettes et méritent d'être nuancées, notamment parce qu'elles ne répondent pas au critère d'une recherche scientifique rigoureuse. Anatoli Brouchkov le reconnaît:

«Ce n'était pas vraiment une expérience scientifique, donc je ne peux pas décrire les effets de manière professionnelle. Il y a peut-être des effets secondaires, mais il doit exister des équipements médicaux pour les repérer. Évidemment, de telles expérimentations doivent être menées dans une clinique, avec du matériel adapté et des statistiques.»

Le débat autour de cette bactérie anti-vieillissement n'est pas nouveau. En 2012, l'Académie russe des sciences avait déjà effectué des tests en laboratoire pour évaluer les bénéfices de cette bactérie sur des souris. Les conclusions auraient démontré un ralentissement du vieillissement et une augmentation de leur métabolisme.

Mais tant qu'aucune étude rigoureuse ne sera menée sur cette bactérie anti-vieillissement, il est impossible d'affirmer ses bienfaits pour le corps humain. Alors, dans l'attente d'une publication scientifique plus sérieuse, mieux vaut se montrer prudent face à l'idée d'une vie éternelle.

Slate.fr

Newsletters

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

Et pas en trois, ni en quatre. C'est important.

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters