Monde

On devrait laisser mourir les pandas

Temps de lecture : 2 min

Laissons le panda s'éteindre: c'est le propos tenu par Chris Packham, spécialiste de la vie animale de la BBC et nouveau présentateur de l'émission Springwatch, et rapporté par le site du Times. Le zoologiste a fait ce constat à partir du calcul de tous les millions qui ont été dépensés pour sauver cette espèce animale. «On devrait les laisser mourir avec dignité» a-t-il expliqué.

Dans une interview avec Radio Times, le présentateur est allé à l'encontre des critiques des conservateurs, en parlant du panda géant comme de l'«animal à t-shirt», sur lequel beaucoup trop d'argent est gaspillé.

«C'est une espèce que s'est fourvoyée toute seule dans un cul de sac de l'évolution. Ce n'est pas une espèce résistante» a-t-il dit. Mais Chris Packham a tout de même reconnu qu'il s'agit aussi d'un gros et tendre animal qui est devenu le symbole du World Wide Fund for Nature (WWF).

Les idées du zoologue ont suscité des réactions très vives dans le monde des naturalistes, surtout au sein du WWF, qui depuis 1961 utilise comme logo la bouille de cet ours mangeur de bambou. L'association est très active dans la conservation du panda dans les forêts chinoises, là où se trouvent les dernières réserves où vivent ces animaux.

Le docteur Mark Wright, conseiller scientifique en chef du département WWF en Angleterre, a jugé les propos de Packham comme irresponsables. Il a nié l'idée selon laquelle l'ours en noir et blanc serait condamné parce que strictement lié au bambou: «C'est comme dire que la baleine bleue est condamnée du point de vue de l'évolution parce qu'elle vit dans l'océan».

Selon le docteur Wright, les pandas se trouvent, confrontées à l'extinction à cause de la pression exercée par l'humain sur leur habitat. Ils se sont par conséquent strictement adaptés à la zone où ils vivent et à ses conditions. Ils y vivent parfaitement à condition de ne pas être dérangés. De plus, la protection des zones montagneuses où les pandas survivent, bénéficie à des milliers d'autres espèces, elles aussi en danger de disparition.

Le Times reporte que pour Chris Packham ce n'est pas seulement le panda qui mérite de s'éteindre. C'est la logique de la nature de condamner les espèces qui ne sont plus capables de s'adapter. Si cela arrivait à l'homme, Chris Packham n'en serait pas désolé.

[Lire l'article complet sur Times On Line]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Un panda géant. Wikimedia

 

Newsletters

En Chine, la main visible du PCC se referme sur des pans entiers de la société

En Chine, la main visible du PCC se referme sur des pans entiers de la société

Le Parti communiste chinois prépare de nouvelles régulations pour lutter contre les monopoles dans les secteurs de la technologie, de l'éducation, des transports et de la santé.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 11 au 17 septembre 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 11 au 17 septembre 2021

Commémoration du 11-Septembre, guerre en Syrie et évolution de la pandémie... La semaine du 11 au 17 septembre en images.

Des propos anti-LGBT de l'actuelle ministre britannique en charge de l'Égalité font surface

Des propos anti-LGBT de l'actuelle ministre britannique en charge de l'Égalité font surface

Dans un enregistrement audio datant de 2018, elle s'agace des trans qui «veulent utiliser les toilettes des femmes».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio