Sciences / Culture

Ce lundi à 17 heures, on a tous chantonné le même morceau (qui ne parle pas vraiment de Mars)

Temps de lecture : 2 min

Ce lundi 28 septembre, vers 17 heures, le monde entier a chanté la même chanson en apprenant la découverte d'eau sur Mars, si l'on en croit Twitter.

Même Salman Rushdie, l'auteur des Versets sataniques, y est allé de son tweet.

Selon les chiffres de Topsy, on est passé de moins de 50 tweets par jour contenant «life», «mars» et «Bowie» à plus de 400 en une journée (pas encore finie).

Si on ne peut que s'en réjouir pour les ventes iTunes, les vues YouTube ou les écoutes Spotify de ce chef-d'œuvre, l'ironie de l'histoire est que, comme l'ont souligné plusieurs ouvrages (par exemple The Words and Music of David Bowie), «Life On Mars?» ne parle pas vraiment de la vie sur Mars: la chanson suit l'histoire d'une jeune fille chassée par ses parents («It's a God-awful small affair / To the girl with the mousy hair / But her mummy is yelling no / And her daddy has told her to go») qui trouve refuge devant un écran de cinéma où elle voit la vie plus grand («Take a look at the lawman / Beating up the wrong guy / Oh man, wonder if he'll ever know / He's in the best selling show / Is there life on Mars?»). Bref, pas une vraie chanson spatiale, au contraire de «Space Oddity» (repris dans l'espace pour une vidéo très virale par l'astronaute Chris Hadfield) –même si la fascination de David Bowie pour l'espace est avérée par le titre de son album le plus célèbre.

Newsletters

Comment rendre l'embarquement en avion plus rapide

Comment rendre l'embarquement en avion plus rapide

Un grand nombre de compagnies aériennes utilisent la méthode la plus lente.

Faire l'amour plus souvent pourrait retarder la ménopause

Faire l'amour plus souvent pourrait retarder la ménopause

Et ça marche aussi avec la masturbation.

Le changement climatique précipite la chute de l'industrie du ski

Le changement climatique précipite la chute de l'industrie du ski

Même si ce sont surtout les petites structures qui sont touchées par la raréfaction de la neige, le nombre de stations en activité diminue et les jeunes skient moins que dans les années 1990.

Newsletters