Tech & internet

Quand Schopenhauer nous conseillait d'éviter les trolls

Temps de lecture : 2 min

Arthur Schopenhauer, en mars 1859. J. Schäfer via Wikimédia
Arthur Schopenhauer, en mars 1859. J. Schäfer via Wikimédia

La philosophie peut-elle nous donner les clés d'un meilleur internet? Peut-elle nous aider à mieux nous affranchir des trolls, des commentaires méchants ou des polémiques à outrance? Possible, à en croire ce tweet qui a remis au goût du jour un court extrait de La lecture et les livres d'Arthur Schopenhauer. Quelques lignes qui pourraient bien servir de guide d'utilisation pour la navigation sur le web et sur les réseaux sociaux.

Voici, traduit en français, ce qu'écrivait le philosophe allemand:

«L'art de ne pas lire est très important. Il consiste à ne pas s'intéresser à tout ce qui attire l'attention du public à un moment donné. Quand un pamphlet politique ou religieux, un roman ou une poésie se met à faire grand bruit, rappelez-vous que quiconque écrit pour les imbéciles ne manquera jamais de lecteurs. Pour lire de bons livres, la condition préalable est de ne pas perdre son temps à en lire de mauvais, car la vie est courte.»

Dans La lecture et les livres, Schopenhauer s'interroge: les livres nourrissent-ils notre réflexion ou nous empêchent-ils de penser par nous-mêmes ? Une question facilement transposable aux déclarations délibérément outrancières de certaines personnalités ou encore aux tweets ou aux commentaires des trolls d'internet, ces internautes que nous décrivions comme «ceux qui postent de manière récurrente des messages tout à fait désagréables et susceptibles de provoquer l'ire de leurs interlocuteurs, pour le simple plaisir de les poster».

Slate.fr

Newsletters

La Chine humilie ses citoyens endettés via les réseaux sociaux

La Chine humilie ses citoyens endettés via les réseaux sociaux

WeChat et Tiktok sont deux applications et réseaux sociaux très populaires dans le pays.

L'auteur d'un double meurtre trahi par les données GPS de sa montre

L'auteur d'un double meurtre trahi par les données GPS de sa montre

C’était une Garmin Forerunner.

Blâmer les ados pour le temps passé devant leurs écrans n’est pas la solution

Blâmer les ados pour le temps passé devant leurs écrans n’est pas la solution

On ne peut pas attendre des enfants qu'ils aient la capacité innée à résister à des manipulations cognitives aussi finement pensées.

Newsletters