Égalités

Une journaliste harcelée en direct pendant un reportage sur le harcèlement de rue

Temps de lecture : 2 min

A Nottingham en Angleterre, une journaliste de la BBC était en plein reportage sur le harcèlement de rue lorsqu'un homme de passage lui a crié des obscénités en direct. La chaîne a bipé ses paroles et flouté son visage, mais la reporter, Sarah Teale, a confirmé les faits sur Twitter:

Ironie. J'étais en train de dire que 95% des femmes sont victimes de harcèlement verbal et un homme me hurle des obscénités sexuelles.

Sur la vidéo, on peut la voir expliquer:

«Selon une étude en ligne, 95% des femmes disent avoir été harcelées et avoir déjà entendu des passants qui leur hurlaient des obscénités dans la rue. Un très grand nombre disent avoir aussi été touchées de manière inappropriée en public».

A peine a-t-elle fini cette phrase qu'elle entend des insultes obscènes venant d'un homme qui marche derrière elle. «Oui exactement comme ça», dit-elle alors en le montrant du doigt.

Sarah Teale faisait ce reportage à Nottingham à l'occasion d'une conférence sur le harcèlement des femmes organisée à l'université locale, et qui réunissait des membres de la police, des psychologues et des militantes pour les droits des femmes.

Newsletters

Pour certaines féministes, la prison n'est pas la solution contre les agressions sexuelles

Pour certaines féministes, la prison n'est pas la solution contre les agressions sexuelles

Un point de vue qui va à rebours des revendications pour l'application des lois et des sanctions envers les agresseurs.

Avec le coronavirus, un travail du sexe encore plus précarisé

Avec le coronavirus, un travail du sexe encore plus précarisé

Pour les travailleurs et travailleuses du sexe, le Covid-19 prouve qu'il est plus que temps de changer de paradigme et de trouver des alternatives à la répression.

Urgences et confinement: respecter ou pas la loi sur l'IVG?

Urgences et confinement: respecter ou pas la loi sur l'IVG?

Le gouvernement garde le silence face à l'appel de soignant·es et de personnalités politiques qui s'inquiètent du risque qui pèse sur le droit à avorter pendant l'épidémie.

Newsletters