Monde

Ce soldat américain a déserté pour rejoindre la Légion étrangère en France

Temps de lecture : 2 min

Des soldats rentrent d'Afghanistan le 21 octobre 2011 à Fort Drum aux Etats-Unis. REUTERS/Lucas Jackson
Des soldats rentrent d'Afghanistan le 21 octobre 2011 à Fort Drum aux Etats-Unis. REUTERS/Lucas Jackson

«Tu veux un shot?» Lawrence Franks faisait la même proposition chaque soir à son camarade de chambre. Soldat américain, il essayait de tuer le temps: l'hiver 2009 était long à Fort Drum, une base militaire située dans l'État de New York.

Mais, ce 29 mars 2009, Lawrence Franks déserte, raconte Rolling Stone dans un long article consacré au destin de ce soldat. A 22 ans, trois mois après avoir obtenu sa première affectation officielle –il était l'un des plus jeunes lieutenants de son bataillon–, il prend un taxi et disparaît.

Il réapparaît presque exactement cinq ans plus tard, le 31 mars 2014, à la base américaine de Wiesbaden en Allemagne, présentant un passeport qui porte son nom. Il vient se rendre. Pendant l'enquête menée sur sa disparition par la police de l'État de New York, des preuves ont montré qu'il était passé en Suisse, à Zurich, pour ensuite se rendre à Paris, et rejoindre la Légion étrangère en France. Légion étrangère qui a la réputation d'être très physique. «Je voulais avoir froid, transpirer, être couvert de boue et et mouillé», confiera-t-il plus tard.

Pendant cinq ans, sous le nom de Christopher Flaherty, il s'est rendu trois fois en Afrique en tant que légionnaire, dont cinq mois pour combattre contre al-Qaida. Le jour de la fin de son contrat, il est arrivé à Wiesbaden et s'est rendu. Il a été renvoyé à Fort Drum et reconnu coupable de comportement inapproprié pour un officier et désertion. Il a été condamné à passer quatre ans au Fort Leavenworth, dans le Kansas.

Aujourd'hui, il refuse qu'on le considère comme un lâche. Toute son histoire est à lire sur le site du magazine Rolling Stone.

Slate.fr

Newsletters

La Turquie détonateur d’une nouvelle crise financière?

La Turquie détonateur d’une nouvelle crise financière?

Le ton monte entre les deux nations. Au risque de perturber fortement et durablement l'économie mondiale.

Omarosa Manigault, la femme qui inquiète l'administration Trump

Omarosa Manigault, la femme qui inquiète l'administration Trump

La publication du livre d'une ancienne collaboratrice fait trembler jusqu'au plus haut sommet de l'État.

Le gouvernement hongrois veut interdire les études de genre à la fac

Le gouvernement hongrois veut interdire les études de genre à la fac

Ce domaine de recherches va à l'encontre de l'idéologie chrétienne traditionnelle défendue par le gouvernement de Viktor Orban.

Newsletters