Partager cet article

La culture du selfie est aussi un secteur économique prospère

Selfie stick / Ravi via Flickr CC License By

Selfie stick / Ravi via Flickr CC License By

Selon le magazine Fusion, ce nouveau «marché» pèserait des dizaines voire des centaines de millions de dollars.

Dans un monde fini, où les besoins matériels sont satisfaits, il existe néanmoins une demande insatiable des consommateurs: le besoin de reconnaissance par les autres, ce que comble notamment l’immense secteur des réseaux sociaux. Et c’est aussi à cette attente que répond l’économie du selfie, puisque selon le magazine Fusion, la pratique de l’autoportrait réalisé à bout de bras –ou de perche– grâce à un smartphone mérite d’être considérée comme une activité commerciale à part.

Le selfie stimule des activités existantes mais suscite également la création de nouveaux marchés, rapporte la publication. Le géant Apple a intégré sur son nouveau téléphone, l’iPhone 6S, la culture selfie au point d’avoir modifié le flash pour améliorer la prise de ces images, notamment de nuit ou dans le noir. L'économie du selfie intègre aussi bien sûr les gadgets achetés pour perfectionner son art, comme on customise une voiture avec de multiples options. En 2014, le selfie stick fut le cadeau de noël star aux États-Unis, avec 100.000 unités vendues. Mais il existe aussi tout une économie du logiciel et de l’appli pour selfies, outils numériques qui permettent d’améliorer la qualité de l’image ou de jouer avec son autoportrait pour se mettre en scène comme avec l’appli chinoise MyIdol.

Cours en ligne, livres, services…

Bien qu’ils ne soient pas utilisés uniquement par des preneurs de selfies, des réseaux sociaux de partage d’images comme Instagram ont incontestablement profité à plein de l’amour que les internautes se portent à eux-mêmes –amour qu’il leur faut néanmoins faire approuver et valider par le regard de l’autre, ce qui explique que le selfie soit tout autant un art de l’autoportrait qu’une formation au «management de l’image de soi». Il existe d’ailleurs un cours en ligne de management du selfie disponible sur le site General Assembly.

Enfin, le selfie a généré sa propre pensée critique, avec des livres, des articles, des essais sur sa portée et ce qu’il révèle du folklore numérique. Si on prend en compte tous ces accessoires, logiciels, services et œuvres artistiques et intellectuelles, on a affaire non seulement à une forme culturelle foisonnante –à défaut d’être toujours surprenante– mais aussi à un marché qui pèse des dizaines sinon des centaines de millions de dollars, souligne le magazine.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte