Partager cet article

L'affaire Volkswagen s'est déjà produite en 1973

 Ancienne publicité Volskwagen  de 1972 pour son modèle "Super Beetle"

Ancienne publicité Volskwagen de 1972 pour son modèle "Super Beetle"

Le constructeur automobile a déjà payé une amende pour un dispositif non certifié violant les lois sur la pollution de l'air.

À l'époque, l'affaire a été résumée dans une petite brève. Le New York Times du 13 mars 1974 a préféré titrer sur les possibles baisses du coût de l'électricité. Mais, à la lecture de ces quelques lignes, impossible de ne pas se croire en 2015:

«“Volkswagen of America” et sa société mère allemande ont accepté aujourd'hui de payer 120.000 dollars d'amende pour avoir violé les lois sur la pollution de l'air avec quatre de ses modèles de voiture de 1973. La peine a été convenue après que l'Agence fédérale de protection de l'environnement a déposé une plainte sous trois chefs d'accusation, accusant le constructeur automobile d'avoir omis d'aviser l'agence d'avoir installé des dispositifs éteignant automatiquement les systèmes antipollutions à basse température.»

Tests antipollution

Si l'on prend en compte l'inflation, 120.000 dollars de l'époque équivalent à 600.000 dollars aujourd'hui. C'est loin des 18 milliards de dollars d'amende que risque aujourd'hui la société allemande (37.500 dollars par véhicule). Mais les ressemblances des deux affaires restent troublantes.

En 2015, en équipant ses voitures diesel d'un logiciel capable d'activer et de désactiver les émissions de gaz polluants en vue de tromper les tests antipollution des autorités, Volkswagen viole le Clean Air Act. C'est également cette loi fédérale, datant de 1970, que le constructeur a été accusé de violer en 1974 en omettant de signaler l'utilisation de dispositifs installés «dans ses fourgons, ses breaks et l'ensemble de ses véhicules», précise un article du Wall Street Journal de mars 1974:

C'est également le Clean Air Act que le constructeur a été accusé de violer en 1974

«Un des dispositifs désactive le système de contrôle antipollution tandis que l'autre modifie le rapport air-carburant dans le carburateur à basses températures.»

Voitures non certifiées

Dans l'article de 1973, un porte-parole de Volskwagen répondait que la société était seulement accusée de ne pas avoir décrit avec suffisamment de précision ses dispositifs dans ses rapports. Il ajoute que Volkswagen va accepter de payer l'amende «parce que [leur] relation avec l'EPA [l'Agence de protection de l'environnement] est trop importante pour [leur] permettre de participer à une procédure sur une question d'importance discutable»

Pourtant, Volkswagen avait été prevenu. CNBC rapporte qu'en 1972 l'EPA avait écrit au constructeur automobile pour lui rappeler que plusieurs de ses modèles étaient dotés d'un dispositif non contrôlé par leurs services. Dans un communiqué, l'agence rappelle:

«Toute voiture produite avec des dispositifs non identifiés ne peut pas être considérée comme certifiée. Volkswagen n'a pas répondu à notre lettre de juillet.»

Quand Volkswagen a finalement rapporté l'utilisation de ces dispositifs auprès de l'EPA en 1974, la certification lui a donc été refusée. Mais, entre temps, la société a eu le temps de vendre 25.000 voitures non certifiées. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte