Sciences

Une expérience parvient à relier deux cerveaux humains à distance

Temps de lecture : 2 min

Un participant à l'expérience est équipé d'un casque d'électrodes qui permet d'enregistrer son activité cérébrale. Université de Washington
Un participant à l'expérience est équipé d'un casque d'électrodes qui permet d'enregistrer son activité cérébrale. Université de Washington

À première vue, on dirait presque de la science-fiction. Imaginez-vous deux personnes engagées dans un duel de questions-réponses à la manière du jeu «Qui suis-je?», placées dans deux lieux séparés et capables de relier leur cerveau à distance. Dans une pièce, un joueur pose plusieurs questions et parvient à deviner l'objet auquel pense un autre participant, à plusieurs mètres de là.

Deux chercheurs de l'université de Washington, Chantal Prat et Andrea Stocco, sont parvenus à établir une connexion à distance entre deux cerveaux grâce aux ondes cérébrales. L'expérience, qui se présente sous la forme d'un jeu et a été publiée dans la revue PLOS ONE, a été menée sur une dizaine de personnes. Voilà comment ça marche: un premier joueur (appelons-le «l'interrogé») est équipé d'un casque à électrodes qui enregistre son activité cérébrale. Il regarde une image sur un écran –par exemple, la photo d'une voiture ou d'une pomme– et doit faire deviner l'objet à un autre joueur.

Cet autre participant (appelons-le «l'enquêteur») a devant les yeux une liste de plusieurs objets potentiels. Pour trouver la solution, il pose des questions à l'interrogé grâce à un ordinateur et une connexion internet. L'interrogé ne peut lui répondre que par «oui» ou par «non» et valide sa réponse en fixant une lumière clignotante différente pour chacune des réponses. Une stimulation magnétique est envoyée à l'arrière du crâne de l'enquêteur si la réponse est «oui». S'il répond «non», aucun signal n'est transmis. En fonction du signal que l'enquêteur reçoit, ou pas, il peut donc deviner la réponse à sa question. Après plusieurs manches, il est donc capable de savoir à quel objet l'autre participant pensait.

Vers une mise en réseau des cerveaux

Dans 72% des cas, les participants sont parvenus à deviner l'objet que l'autre joueur avait en tête. Pour les deux chercheurs, la réussite d'une telle expérience est une première. «Je pense qu'il s'agit de l'expérience de cerveau à cerveau la plus complexe jamais réalisée jusque-là sur des humains», confie Andrea Stocco, l'un des deux chercheurs. «Internet était un moyen de connecter les ordinateurs, désormais, cela peut être un moyen de connecter des cerveaux», expliquait ce dernier en 2013, lors d'une précédente expérience.

L'université de Washington a mis en ligne une vidéo qui explique le déroulement de l'expérience et la transmission des ondes cérébrales entre deux cerveaux.

Avant cette expérience, des chercheurs étaient déjà parvenus à établir des connexions cérébrales entre deux rats, ou bien entre un rat, un humain ou un singe. Mais la véritable prouesse dans le travail de ces deux chercheurs, c'est l'utilisation d'une technologie non-invasive, c'est-à-dire sans contact direct avec la peau.

Une première version de l'expérience, réalisée en 2013, consistait déjà à relier à distance les cerveaux de deux personnes, la première envoyant un signal cérébral faisant bouger le doigt ou la main de la seconde. Aujourd'hui, l'aboutissement d'une telle expérience est considéré comme une avancée importante dans la recherche scientifique. Mais pas seulement, puisqu'elle pourrait également avoir des applications thérapeutiques, notamment pour traîter les troubles du déficit de l'attention ou l'hyperactivité.

Slate.fr

Newsletters

Amis, ennemis ou inconnus? Des bébés de 5 mois peuvent faire la différence

Amis, ennemis ou inconnus? Des bébés de 5 mois peuvent faire la différence

Rien qu'en entendant rire des adultes, les nourrissons sont capables de détecter la nature de leurs relations.

Calor

Calor

Interdire les crèmes solaires chimiques pour sauver les coraux, la fausse bonne idée?

Interdire les crèmes solaires chimiques pour sauver les coraux, la fausse bonne idée?

L'océan ne vous dira pas forcément merci si vous prenez une crème solaire eco-friendly trois fois plus chère. Votre peau non plus.

Newsletters