Tech & internet / Économie

Volkswagen ou le danger de «l’Internet des objets qui trichent»

Temps de lecture : 2 min

Le scandale touchant le groupe Volkswagen est la preuve que les dissimulations pour contourner les réglementations vont être de plus en plus difficiles à détecter.

/

Ainsi, les voitures diesel du constructeur allemand Volkswagen «trichaient» sur le niveau d’émission de polluants. Plus exactement, des logiciels étaient paramétrés pour ne pas afficher le niveau réel de pollution généré par les voitures lors des phases de test. Les tricheries et dissimulations pour contourner les réglementations ont toujours fait partie de la guerre commerciale mais, comme le fait remarquer Zeynep Tufekci, professeure assistante à l’université de Caroline du Nord, dans les pages d’opinion du New York Times, ces pratiques vont devenir plus difficile à détecter sur les objets dits «intelligents», qui intègrent des logiciels et peuvent être connectés au monde extérieur.

«L’Internet des objets» risque donc, si on n’y prend garde, de se transformer en règne de «l’Internet des objets qui trichent». «Nous devrions nous demander comment nous avons pu céder tant de pouvoir aux logiciels qui font tout fonctionner, de nos appareils à nos voitures», interroge l’auteur de la tribune.

Vulnérabilité

Car les objets informatisés vulnérables à la tricherie ne se limitent pas aux voitures. En avril 2015, l’État de Virginie aux États-Unis a retiré sa certification à une machine de vote tactile utilisée lors des trois dernières élections présidentielles, dont les mots de passe par défaut étaient «abcde» ou «admin», des choix tellement évidents qu’il aurait été très facile de truquer les résultats du vote en hackant la machine depuis par exemple un parking situé à proximité du bureau de vote.

L’une des solutions pour lutter contre la généralisation de la tricherie par objets intelligents serait de permettre aux organismes de régulation d’étudier les logiciels des constructeurs sans que ces derniers ne puissent faire valoir la confidentialité ou le respect de la propriété intellectuelle.

Slate.fr

Newsletters

Amazon empêche ceux qui n'ont pas acheté le livre de James Comey sur son site de le noter

Amazon empêche ceux qui n'ont pas acheté le livre de James Comey sur son site de le noter

Pour la version française, en revanche, ce n'est pas aussi restrictif.

Comment les entreprises nous ont persuadés que les tests de personnalité sont sympas

Comment les entreprises nous ont persuadés que les tests de personnalité sont sympas

Ce n'est pas un hasard si un simple test de personnalité sur Facebook a permis à Cambridge Analytica de récolter les données de millions d'utilisateurs.

Comment désactiver la reconnaissance faciale sur Facebook

Comment désactiver la reconnaissance faciale sur Facebook

Si vous ne faites pas attention à ce que vous acceptez, il est possible de faire marche arrière.

Newsletters