Égalités / Monde

Les États-Unis encouragent désormais la promotion des «droits sexuels»

Temps de lecture : 2 min

La politique américaine vis-à-vis des femmes ne sera désormais plus réduite aux «droits reproductifs». Du moins en matière de sémantique.

REUTERS/Regis Duvignau
REUTERS/Regis Duvignau

C’est un pur changement sémantique mais assez symbolique de l’évolution de la politique américaine vis-à-vis des femmes. Les États-Unis vont maintenant adopter l’expression «droits sexuels», définis comme le droit de «contrôler et de décider librement sur tous les sujets qui concernent la sexualité, y compris la santé sexuelle et reproductive, sans contrainte, discrimination ni violence», selon le département d’État.

Jusque-là, les États-Unis employaient les expressions «santé sexuelle reproductive» ou «droits reproductifs», mais ils n’avaient jamais reconnus de droits sexuels, souligne la présidente du Centre pour la santé et l’égalité de genre («Center for Health and Gender Equity»), qui s’exprimait dans le Christian Science Monitor. C’est un intense lobbying des associations LGBT qui a changé la donne et qui permettra, selon Serra Sippel, de financer des projets à l’étranger pour lutter contre l’excision, par exemple.

Prudence

Selon le magazine Reason, si un tel changement sémantique semble aller dans les sens des associations progressistes qui luttent pour les droits des minorités, la prudence est cependant de mise quant à d’éventuelles applications. Le site rappelle que les précédentes politiques menées au nom de la santé sexuelle ont favorisé les gouvernements qui luttaient violemment contre la prostitution.

Le Cambodge a ainsi mené des raids contre les prostituées en 2008 sous la pression du gouvernement américain. Une jeune femme a décrit dans le New York Times les menaces de mort et les coups qu’elle a subis de la part de policiers qui voulaient faire du chiffre pour complaire aux autorités cambodgiennes et, par-delà, américaines. Il faudra donc suivre la manière dont ce terme sera utilisé par les États-Unis.

Newsletters

Pour certaines féministes, la prison n'est pas la solution contre les agressions sexuelles

Pour certaines féministes, la prison n'est pas la solution contre les agressions sexuelles

Un point de vue qui va à rebours des revendications pour l'application des lois et des sanctions envers les agresseurs.

Avec le coronavirus, un travail du sexe encore plus précarisé

Avec le coronavirus, un travail du sexe encore plus précarisé

Pour les travailleurs et travailleuses du sexe, le Covid-19 prouve qu'il est plus que temps de changer de paradigme et de trouver des alternatives à la répression.

Urgences et confinement: respecter ou pas la loi sur l'IVG?

Urgences et confinement: respecter ou pas la loi sur l'IVG?

Le gouvernement garde le silence face à l'appel de soignant·es et de personnalités politiques qui s'inquiètent du risque qui pèse sur le droit à avorter pendant l'épidémie.

Newsletters