Partager cet article

À la recherche des «feminazies», ces féministes vraiment nazies

 PRO Miss Andria |feminazi via Flickr License by

PRO Miss Andria |feminazi via Flickr License by

Si le terme de «feminazie» a beaucoup été utilisé pour caricaturer les positions féministes jugées les plus extrêmes, il existe réellement des femmes à l'idéologie proche du nazisme qui se revendiquent comme féministes. La preuve.

Bien que cela soit contraire à la tradition féministe, progressiste et ancrée dans des luttes de gauche, on a vu que le féminisme pouvait être récupéré par la droite, voire par l'extrême droite. En France, le FN invoque souvent la défense des femmes dans sa lutte contre le foulard. Mais la contradiction ou l’étrange syncrétisme peuvent-ils être poussés encore plus loin, à droite de l’extrême droite pour ainsi dire, jusque chez les nazis? C’est ce qu’a cherché à vérifier le magazine Broadly, qui a écumé les forums à la recherche des «feminazi(es)».

Le terme a été popularisé à l’origine par Rush Limbaugh, dans un de ses livres écrits en 1992, dans lequel il déclarait l’avoir emprunté à l’un de ses amis universitaires, Thomas Hazlett. Il désigne à l’origine les positions extrémistes dans le mouvement, ou plutôt considérées comme extrémistes par les anti-féministes comme Rush Linmbaugh. 

L'expression du discrédit

Le populaire dictionnaire de mots d'argots Urban Dictionary en donne cette définition approchante de celle de Rush Linmbaugh, selon laquelle les feminazies «croient que tous les hommes sont idiots, que porter un soutien-gorge est un symbole d'oppression ou que se raser les jambes est céder à l'oppression masculine»

«Le féminisme c'est cool. Les feminazies ne sont pas des féministes. Le féminisme croit en l'égalité des droits pour tous, le féminazisme nous fait juste passer pour des gens stupides.»

Confiné pendant longtemps aux sphères militantes, le terme a fait surface récemment en Grande-Bretagne, à la suite d’une tribune d’une chroniqueuse du Daily Mail, appelant «feminazie» l’avocate des droits de l’homme Charlotte Proudman qui s’était offusqué du commentaire d’un de ses contacts sur Linkedin sur sa «photo magnifique». Le mot est par ailleurs régulièrement brandi sur les réseaux sociaux et accompagné de montages pour discréditer les arguments féministes.

Il y a bien de nombreuses discussions sur le féminisme sur le site de propagande haineuse Stormfront

Les forums nazis grouillent de «féministes»

Plutôt que ces femmes décriées, la journaliste Lindsay Schrupp est donc partie à la recherche des vraies féministes nazies, cet «animal mythique», comme elle le dit, en fouillant sur Stormfront.org, un site pionnier dans la propagande haineuse et très fréquenté, tantôt qualifié comme promouvant le nationalisme blanc, le suprémacisme ou le néonazisme, des idéologies qui proclament toute la supériorité de la race blanche. Ce site peut se targuer d’avoir à son actif un bien morbide palmarès. Une centaine de ses 300.000 membres enregistrés ont été inculpés de meurtre. L’un d’eux est tristement célèbre: il s’agit d’Anders Breivik, l’auteur de la tuerie d’Oslo en 2011, dont le pseudo sur le forum était year2183.

Les femmes nationalistes blanches ne doivent pas se voir imposer la façon dont elles doivent vivre

Ojos Azules

Et aussi étonnant que cela puisse paraître, il y a bien de nombreuses discussions sur le féminisme sur Stormfront. Il y en a même «plus que sur Broadly», fait remarquer malicieusement Lindsay Schrupp, citant entre autres les chaînes de discussion «Le féminisme est-il une idéologie extrême?», «Pourquoi les féministes sont-elles grosses et moches?» ou «Les féministes (juives) éduquées et progressistes pensent que les hommes devraient être envoyés dans des camps». 

La journaliste a réussi à entrer en contact avec certains utilisateurs du forum. Telle Ojos Azules, une «nationaliste blanche» du Canada  (à ne pas confondre avec les suprémacistes, un sous-groupe radical du nationalisme blanc), qui s’identifie à ce qu’elle estime être le «féminisme d’antan»: «Les femmes nationalistes blanches ne doivent pas se voir imposer la façon dont elles doivent vivre. Elles sont l'égale de leur mari», affirme Ojos Azules.

Le NPD recrute des femmes

Broadly n’a interviewé aucune féministe se revendiquant «nazie» à proprement parler, mais les nationalistes blancs ont une idéologie très proche. Le parti nazi américain s’est d’ailleurs appelé pendant un temps le «Parti national-socialiste du peuple blanc». Il s’est relancé récemment avec pour slogan 14 mots («Fourteen Words») édictés par le théoricien David Eden Lane: «Il faut assurer l'existence de notre peuple ainsi qu'un avenir pour les enfants blancs». Sur son site, il affirme également lutter pour l’existence d’une «nation blanche».

L'engagement de femmes dans les mouvements identitaires s'est accéléré depuis la Manif pour tous

Antoine Desonay

Une enquête de deux auteurs allemands, Andrea Röpke et Andreas Speit, relayée par la radio Deutsche Welle, avait par ailleurs montré que le Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD), régulièrement qualifié de néo-nazi par la presse, avait recours à des femmes pour attirer de nouvelles recrues.

Le Ku Klux Klan et les femmes

En France, «il y a bien un regain d'engagement féminin, par exemple au sein du Bloc identitaire, alimenté notamment par un ras-le-bol de la drague inélégante», estime l'historien Stéphane François, spécialiste des droites radicales, dans L’Express. Le secrétaire général des étudiants de l'Action Française, Antoine Desonay, confirme le phénomène qui s’est «accéléré depuis la Manif pour tous».

Une kyrielle de groupes nationalistes exclusivement composés de femmes a aussi émergé dans le sillage des débats sur le mariage pour tous, tels que les Antigones, les Caryatides, les Marianne pour tous. Certains groupes revendiquent même un «féminisme identitaire», à l’instar du webmagazine Belle et Rebelle, dont la rédactrice en chef, Louise Demory, est proche de Génération identitaire, la branche «jeunesse» du Bloc identitaire, mouvement politique de droite radicale, comme l’a montré l’enquête de la journaliste Manon Gauthier-Faure. Aux États-Unis, elles ont envahi le Tea Party, faisait remarquer Rue89 en 2011, avec des noms de groupes tels que les «éléphants roses» ou les «mamans grizzly». 

Les femmes ont ainsi pris une part active dans le Ku Klux Klan, créant même leur propre sous-groupe, le WKKK

L’utilisation ou l’encouragement des femmes à entrer dans les mouvements d’extrême droite n’est cependant pas nouvelle, comme le fait remarquer la sociologue Kathleen M. Blee dans l’article de Broadly. Par exemple, pendant les années 1910 et 1920, les femmes ont ainsi pris une part active dans le Ku Klux Klan, créant même leur propre sous-groupe, le WKKK.

LégendePRO Klanatcampmeeting |Scan from The Good Citizen October 1929 via Commons License by

 

Contradictions historiques

Comment des femmes nationalistes peuvent-elles bien revendiquer cette valeur qui fut pendant des années une valeur de gauche, le féminisme? Broadly a interrogé plusieurs experts pour en avoir le cœur net. Et la première raison qui ressort de tout cet étrange mélange est qu’elles en ont une vision simpliste, «celle que renvoient les médias, selon laquelle le féminisme serait équivalent à l’égalité des droits pour les hommes et les femmes», selon la chercheuse Abby L. Ferber. En occultant donc toute l’épaisseur historique de ce concept et de ses protagonistes. «Elles ne se battent pas pour toutes les femmes, mais pour celles de leur catégorie», confie Kathleen M. Blee,  professeur de sociologie à l'université de Pittsburg. 

«Une femme blanche dans une communauté blanche avec des amis blancs et un mari blanc a moins de chance d'être confrontée à des situations de violence et d'abandon qu'une femme qui vit au milieu de non-blancs et se met en couple avec eux», avance Ojos Azules.

Il n’en reste pas moins qu’il paraît étrange que des personnes qui refusent l’égalité entre ethnies ou peuples différents puissent militer pour l’égalité entre hommes et femmes, comme le fait également remarquer Broadly. Mais les leaders du nationalisme blanc, généralement des hommes, ne peuvent tout simplement pas passer à côté d’un vivier aussi important de recrues, et sont donc bien obligés de se plier à cette définition minimale du féminisme, quand bien même cela les expose à quelques contradictions historiques.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte