Sciences

Voilà le nombre d'années qu'il vous reste (probablement) à vivre

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran du site Flowing Data
Capture d'écran du site Flowing Data

En se basant sur les données de la sécurité sociale américaine, le site Flowing data a réalisé un graphique évolutif qui illustre les probabilités que vous avez de mourir dans un, dix ou cinquante ans, et cela en fonction de votre sexe et de votre âge actuel.

Par exemple, si vous êtes une femme de 50 ans, explique le site, votre espérance de vie est d'encore 33 ans. Mais, au fur et à mesure que la simulation engrange les données individuelles extraites des dossiers des patients morts, le site vous présente différents scénarios affichant le nombre d'années à vivre.

Ainsi, pour une femme de 29 ans (comme l'auteure de cet article), il y a 67% de chances de mourir plus de 50 ans plus tard, contre 17% entre 40 et 49 ans, 6% entre 30 et 39 ans, 4% entre 20 et 29 ans, 1% entre 10 et 19 ans, 1% également entre et 0 et 9 ans.

Ce qui apparaît le plus clairement dans cette simulation, c'est que si plus de 99% des gens qui ont moins de 60 ans vivront dans l'année à venir, la probabilité évolue ensuite progressivement vers le bas, atteignant environ 70% à 100 ans.

Jugez par vous-même.

Slate.fr

Newsletters

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

Et pas en trois, ni en quatre. C'est important.

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters