Culture

En 1952, J.R.R. Tolkien nous livrait une très belle interprétation de Gollum

Temps de lecture : 2 min

Dans un vieil enregistrement, on peut entendre l’auteur mythique du «Seigneur des Anneaux» lire un extrait du «Hobbit».

Gollum, dans le premier volet de la trilogie «Le Hobbit», via Allociné
Gollum, dans le premier volet de la trilogie «Le Hobbit», via Allociné

En août 1952, J.R.R. Tolkien vient de finir le manuscrit de la saga qui le rendra célèbre dans le monde entier, Le Seigneur des Anneaux. Il profita de l’été pour aller se reposer dans le Worcestershire avec son ami professeur, George Sayer. Un soir, ce dernier décide de sortir un enregistreur audio pour impressionner son hôte, qui n’en avait jamais vu auparavant. Tolkien décide alors de s’enregistrer en train de lire le «Notre Père» puis, comme le résultat lui plaît, de réciter un extrait de son conte pour enfants Le Hobbit, paru en 1937.

L’extrait est longtemps resté confidentiel. Exhumé une première fois en 2012, il est ressorti il y a quelques semaines grâce au site Brainpickings, qui raconte l’histoire de cet enregistrement rare. Le meilleur passage, au-delà de l’accent pris par Tolkien et de ses «r» roulés, reste l’interprétation qu’il fait de Gollum, lorsque qu’il rencontre Bilbo Sacquet.


C’est en écoutant cet extrait qu’on se rend compte à quel point l’interprétation faite par Andy Serkis dans les films de Peter Jackson était parfaite et fidèle à la vision de son auteur. Et pour ceux que le sujet intéresse vraiment, vous pouvez écouter la version longue mise en ligne il y a trois ans, et en deux parties, de l’enregistrement, auquel des fans ont rajouté des illustrations et de la musique.

Slate.fr

Newsletters

«Le ciel, les oiseaux et... ta mère!», quand la banlieue faisait salle comble

«Le ciel, les oiseaux et... ta mère!», quand la banlieue faisait salle comble

Il y a 20 ans, l’histoire de quatre banlieusards en vacances à Biarritz a donné naissance à la «comédie de banlieue» et proposé une image positive des cités françaises.

L'album est-il vraiment voué à mourir?

L'album est-il vraiment voué à mourir?

On dit le format démocratisé dans les années 1960 condamné à disparaître face à un modèle de streaming valorisant le single. Culturellement, il a pourtant encore de beaux jours devant lui.

Jusqu’où peut aller un biopic dans le mensonge?

Jusqu’où peut aller un biopic dans le mensonge?

Si les biopics hollywoodiens préfèrent embellir la vie de leurs célèbres héros, «Bohemian Rhapsody» raconte au contraire de dangereux et sournois mensonges sur la vie de Freddie Mercury.

Newsletters