Partager cet article

Le fiasco financier de Volkswagen est comparable à celui de BP en 2010

Publicité pour Volkswagen.

Publicité pour Volkswagen.

Comme British Petroleum en 2010 et sa marée, le constructeur automobile risque de payer une facture très salée pour avoir violé les lois antipollution américaines.

Le constructeur allemand Volkswagen (VW) fait face à de sérieuses accusations de tricherie aux États-Unis. Ses voitures diesel VW et Audi produites entre 2009 et 2015 étaient équipées d’un système permettant de dissimuler le niveau réel des gaz polluants qu'elles émettent, afin de contourner les lois antipollution.

En bien des aspects, un fiasco comparable à celui de British Petroleum, explique Reuters. En avril 2010, l'explosion sur la plateforme pétrolière Deepwater Horizons avait provoqué une énorme fuite de pétrole dans le golfe du Mexique.

Une facture qui risque d'augmenter

Cette catastrophe environnementale avait coûté cher à BP. Les coûts initiaux évalués par les spécialistes étaient de moins de 3,5 milliards de dollars. L'amende définitive, en vertu du Clean Air Act, s'est finalement élevé à 5,5 milliards de dollars. Mais BP a également dû contrôler la marée noire, indemniser les États touchés, nettoyer... A l'arrivée, la facture était salée: environ 55 milliards, selon Reuters.

Volkswagen risque la même escalade financière. Théoriquement, le constructeur s'expose à une amende maximale de 18 milliards de dollars (16 milliards d’euros). Le calcul est vite fait: 482.000 véhicules non conformes ont été vendus, chacun risquant une amende de 37.500 dollars. Ce serait l’amende la plus forte jamais administrée par l'agence américaine de protection de l’environnement, précise Les EchosMais ce n'est pas tout. Le constructeur devra également rappeler les véhicules vendus depuis 2009 à ses propres frais et risque d'éventuelles poursuites en recours collectif. Sans compter les conséquences boursières: l'action Volkswagen a chuté de 35% en deux jours.

Une atteinte environnementale dissimulée 

Le journaliste économique Ambrose Evans-Pritchard du Telegraph, lui, considère le scandale de Volkswagen pire que celui de BP. Alors que BP et ses sous-traitants ont fait preuve de négligence, VW a «délibérement cherché à induire en erreur ses régulateurs en dissimulant habilement ses logiciels».

De plus, même si aucun décès ne peut être directement lié au fait que Volkswagen a trafiqué ses véhicules, les dispositifs installés dans certains véhicules leur ont permis d'émettre des niveaux d'oxyde d'azote jusqu'à 40 fois supérieurs aux niveaux autorisés.

Une image de marque sérieusement entâchée

L'objectif de VW était de devenir le producteur de voiture «le plus vert» d'ici à 2018. Ces accusations portent un sérieux coup à son image de marque. 

Le Telegraph va même plus loin: selon, lui c'est l'ensemble de l'industrie allemande qui en prend un coup:

«L'Allemagne est le leader mondial dans le diesel propre. Ses entreprises automobiles ont parié lourdement sur cette technologie, dans l'espoir de se faire une place stratégique aux États-Unis où de nouvelles règles entrent en vigueur.»

Alors que le président de BP s'était confondu en excuses, le patron de VW, Martin Winterkorn, s'est lui aussi «profondément [excusé] auprès de [ses] clients, des autorités et de l'opinion publique dans son ensemble pour cette faute». Insuffisant a priori pour sauver sa tête. On annonce déjà son remplacement à venir, ce vendredi 25 septembre, par le PDG de Porsche, Matthias Müeller

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte