Partager cet article

Un hedge fund augmente de 5.500% le prix d'un médicament utilisé par des malades du VIH

Des pilules de Seroxat (un médicament antidépresseur) / Photo d'illustration | REUTERS/ Bogdan Cristel

Des pilules de Seroxat (un médicament antidépresseur) / Photo d'illustration | REUTERS/ Bogdan Cristel

Le prix du Daraprim est passé de 13,50 dollars à 750 dollars.

Voici le grand méchant capitaliste: Martin Shkreli, patron d’un fonds d’investissement ou hedge fund, a racheté une entreprise pharmaceutique qui produit un traitement important pour les patients atteints de VIH a et multiplié le prix de ce traitement par… 55. Le Daraprim est passé de 13,50 dollars initialement à 750 dollars désormais, rapporte The Independent, soit une augmentation de 5.500%. Le Washington Post affirme pour sa part que le prix était initialement de 18 dollars, mais cela n’en ferait pas moins une augmentation de 4.100%.

Le Daraprim, aussi appelé pyrimethamine, n’est pas un traitement directement anti-VIH mais il permet de lutter contre une maladie souvent contractée par les patients qui en sont atteints, la toxoplasmose.

Nasdaq en chute

La décision de la firme Turing Pharmaceuticals a fait réagir deux associations de santé, qui ont écrit à son responsable en jugeant «injustifiable» cette hausse au regard de la vulnérabilité des patients. Elle a aussi provoqué un tweet de la sénatrice et candidate à la présidentielle américaine Hillary Clinton, qui a promis de prendre des mesures. 

«Le creusement des prix, comme dans le marché de la médecine de spécialité, est scandaleux», s’est-elle exclamée, faisant chuter dans la foulée l’indice biotech du Nasdaq de plus de 5%, et lui faisant perdre l’équivalent de 15 milliards de dollars en quelques heures.

 

«Le gonflement des prix comme celui-ci sur le marché des spécialités pharmaceutiques est scandaleux. Demain, j’établirai un plan d’action à ce sujet.»

Doigt d'honneur

Le hedge funder n’a visiblement cure de la réaction outragée que sa décision a suscitée. Martin Shkreli a posté lundi 21 septembre après-midi sur son compte Twitter un extrait moqueur d’une chanson du rappeur Eminem intitulée «The Way I am» (qu’on pourrait traduire en français par «C’est ma façon d’être»):

«J’ai l’impression que les médias me pointent du doigt. Alors je les pointe à mon tour, mais pas avec l’index ni l’auriculaire.»

 Il a aussi qualifié «d'imbécile» un journaliste qui lui demandait pourquoi il avait augmenté le prix du médicament.

Un de ses porte-parole a toutefois annoncé que le groupe était en pourparlers avec les hôpitaux et cliniques pour que le médicament soit gratuit pour les patients sans couverture médicale.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte