Partager cet article

«Le timing est mauvais mais, lorsque l'amour est là, n'abolit-il pas tout questionnement?»

La Danse de la vie humaine par N. Poussin,  via Wikipedia, License CC

La Danse de la vie humaine par N. Poussin, via Wikipedia, License CC

Cette semaine, Lucile conseille une jeune femme amoureuse d'un homme avec qui elle a longtemps été amie, et qui vient de subir une rupture.

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes

Lui et moi, nous nous connaissons depuis plus de dix ans. Nous avions nos 18 ans.

On s'est toujours bien entendus et on a toujours été attirés l'un envers l'autre.

Mais, pendant ces dix ans, nous avons eu des relations chacun de notre côté. 

On se voyait quelques fois par an, mais chastement, pour un verre, une soirée, un anniversaire, sans toutefois cacher l'un envers l'autre notre attirance et notre admiration. Nous nous sommes toujours très bien entendus.

Il y a cinq ans, lorsque j'ai quitté la personne avec qui j'étais, je lui en ai parlé et il m'a bien conseillée et aidée. Lui était toujours avec sa petite amie de l'époque. Nous avons continué à nous voir épisodiquement entre mes déménagements et les siens et nos changements de boulots respectifs.

En avril dernier, nous nous sommes revus et il m'a annoncé que c'était terminé avec sa petite amie mais qu'il avait du mal car c'était elle qui l'avait quitté. Il était triste et nous nous sommes embrassés à plusieurs reprises, longuement. Pour moi, cet épisode ne voulait pas dire grand-chose et nous nous le sommes dit en communiquant par messages; lui à Paris, moi à Bruxelles.

Plus tard, nous avons décidé de partir en vacances ensemble et même de fêter nos anniversaires, étant nés le même jour et la même année, ce qui nous a toujours fait rire.

On s'est retrouvés en juillet avec des amis dans le sud de la France. 

Je ne sais pas ce qui m'a pris mais, dès son arrivée, dès le premier dîner, j'ai été attirée, plus que d'habitude.

Nous avons passé la nuit ensemble puis toutes les suivantes jusqu'à son départ, un jour avant le mien pour Paris. J'ai passé des moments incroyables: des rires, des discussions, des siestes, des regards, des baisers. Idyllique. À la fin de la semaine, j'étais sous le charme.

J’ai commencé à me dire que c'était déjà un signe qu'il n'avait pas envie de poursuivre notre histoire

Le vendredi, je l'ai amené à la gare et on s'est embrassés longuement.

On s'est dit qu'on se verrait peut-être le lendemain à Paris ou peut-être plus tard.

La difficulté est que je vis toujours à Bruxelles et lui à Paris, pas facile de se croiser ou de s'appeler pour un simple café.

Je l'ai quitté en me demandant si j'avais envie de le voir le lendemain, si j'avais envie de poursuivre cette romance, d'envisager des allers-retours entre les deux capitales. Je n'avais pas trop de réponse à mes interrogations. 

Puis je me suis rappelée qu'à son arrivée dans le sud nous avions discuté de sa rupture et des difficultés qu'il éprouve actuellement à se remettre en couple avec quelqu'un.

La journée a avancé, le soir est arrivé, puis la nuit. Je n'ai pas reçu de SMS ni de message. Au fond de moi, j'aurais aimé avoir de ses nouvelles. Et j'ai commencé à me dire que c'était déjà un signe qu'il n'avait pas envie de poursuivre notre histoire telle qu'elle s'était déroulée en vacances.

Son message du lendemain m'a donné raison. Il n'a pas eu le temps de me voir, il a dû faire mille choses.

J'ai passé la soirée chez mes parents puis je suis retournée à Bruxelles. 

J'ai eu un pincement au cœur, je pensais à lui. J’ai décidé que notre lien était trop fort et trop ancien pour s'arrêter comme ça, là-dessus. Je lui ai envoyé un message, il m'a répondu, on s'est expliqué. 

Il m'a dit qu'il ne savait pas, que ce n'était pas clair pour lui et que sa rupture était trop récente.

Je comprends et je sais, car je suis passée par cette période après ma rupture il y a cinq ans, et il m'a fallu du temps.

Seulement mon interrogation demeure vis-à-vis de lui: est-ce le timing ou moi? Le timing est mauvais mais lorsque l'amour est là, fort, il n'abolit pas tout questionnement? Si c'est le cas, j'ai ma réponse et le deuil de cette relation d'amour doit être fait, au profit de retrouver celle d'amitié.

Nat

Chère Nat,

Il n’est pas faux que, dans la vie comme en amour, le timing est important. À quelques minutes près, à un message près, des histoires peuvent s’effondrer comme s’engager. Et il faut beaucoup de courage (ou d’inconscience) pour faire fi de du timing et des conditions générales pour se lancer dans une histoire d’amour alors que les plaies de la précédente ne sont pas refermées.

Ne laissez pas les non-dits et une réserve polie gâcher votre chance

Par contre, ce que vous pouvez reprocher à votre ami, c’est bien de ne pas avoir clarifié ce point avec vous quand il a décidé de passer la semaine à se consoler dans vos bras. Qu’il n’ait pas envie de s’engager actuellement est une chose, et elle est compréhensible, mais il faut une sacrée dose d’égoïsme pour mettre en péril ainsi dix ans d’amitié et de confiance.

Soit votre attirance est trop forte et il y a bien là quelque chose à tenter (malgré les relatives difficultés géographiques, un Paris-Bruxelles en train dure autour d’1h30), soit il a été inconséquent et devrait s’en excuser. Son «il me faut du temps» a des airs de «c’est pas toi, c’est moi» et n’est pas franc. Votre amitié et sa longévité méritent cette franchise. Et puisque vous semblez parfaitement consciente des suites possibles, en bien ou en mal, je vous conseille de jouer cartes sur table. Proposez-lui une discussion en face à face, une discussion où vous exposeriez votre position sur ces dernières années de la même manière que vous l’avez fait avec ce message que vous m’avez envoyé. Sans agressivité et sans détresse, juste une discussion d’adulte à adulte, d’amis de longue date de surcroît. Seule cette discussion sincère peut sauver votre amitié ou être le départ d’une nouvelle histoire. Quoi qu’il arrive, ne laissez pas les non-dits et une réserve polie gâcher votre chance. Comme vous l’avez dit, c’est bien de dix  ans d’attirance, mutuelle semble-t-il, dont il s’agit et, si vous avez une chance la voir se transformer et s’épanouir, c’est maintenant. Peutêtre n’y aura-t-il pas de suites, mais au moins vous aurez été honnête et franche envers vous-même et envers lui et il n’est pas de terreau plus fertile pour entamer, par la suite, une nouveau chapitre de votre vie amoureuse.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte