Monde

Le président des États-Unis peut-il être musulman? Les candidats en débattent

Temps de lecture : 2 min

Les candidats aux primaires républicaine et démocrate pour l’élection présidentielle américaine de 2016 ont réagi à la déclaration du Républicain Ben Carson, pour qui islam et Maison Blanche sont incompatibles.

Ted Cruz, Donald Trump et Ben Carson lors du deuxième débat républicain du 16 septembre 2015, à Simi Valley, en Californie | REUTERS/Lucy Nicholson
Ted Cruz, Donald Trump et Ben Carson lors du deuxième débat républicain du 16 septembre 2015, à Simi Valley, en Californie | REUTERS/Lucy Nicholson

Lors d'une interview télévisée sur NBC, le candidat républicain Ben Carson a déclaré que l'islam n'était pas compatible avec la constitution des États-Unis. «Je ne soutiendrais pas l'idée de mettre un musulman à la tête de cette nation. Je ne serais absolument pas d'accord avec ça», a-t-il expliqué au journaliste Chuck Todd.

Le candidat, un chirurgien afro-américain avec des positions extrémistes (il a comparé la réforme de santé d'Obama à une forme d'esclavage vis-à-vis du gouvernement), est depuis critiqué par ses concurrents, y compris ceux de l'aile droite du Parti républicain.

En effet, même le sénateur du Texas Ted Cruz, qui pense que les Etats-Unis ne doivent accepter que des réfugiés syriens chrétiens, pas musulmans, s'est désolidarisé de Carson:

«Vous savez que la Constitution spécifie qu'aucune profession de foi religieuse n'est exigée pour exercer des charges publiques, et je suis un constitutionnaliste.»

Prise de position sur l’islam

Lindsey Graham, un autre candidat conservateur, a déclaré que Carson devrait s'excuser auprès des musulmans américains.

Quant à Hillary Clinton, elle a tweeté sa réponse avec une citation de l'article 6 de la constitution américaine.

«Un musulman peut-il être président des États-Unis? En un mot: oui. Maintenant, on passe à autre chose.»

Selon le porte-parole de la campagne de Carson, cette prise de position sur l'islam lui a valu 100.000 nouveaux amis Facebook en vingt-quatre heures, ainsi qu'un afflux supplémentaire de dons. Ben Carson est actuellement en troisième place après Donald Trump et Carly Fiorina.

La question de l'islam avait été posée après une récente controverse lors d'un meeting politique où Donald Trump n'avait pas corrigé un participant dans l'assistance qui avait affirmé que Barack Obama était musulman. Il s'agit d'une croyance très répandue. Selon un récent sondage CNN, 29% des Américains et 43% des Républicains pensent qu'Obama est musulman. Pour se défendre, Trump a affirmé qu'il ne lui revenait pas de défendre le président, et qu'il avait d'ailleurs des amis musulmans.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Il n'y a pas si longtemps, certaines personnes pensaient qu'un catholique ne pourrait pas être président et qu'un Afr0-Américain ne pourrait pas être président, a déclaré Nihad Awad, le directeur du comité des relations américano-islamiques. Ils avaient tort à l'époque, et ils ont encore tort.»

Newsletters

Pandémie forestière: l'espoir renaît dans les forêts tchèques

Pandémie forestière: l'espoir renaît dans les forêts tchèques

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les talibans exigent désormais que les journalistes femmes se dissimulent le visage.

«La fin du soviétisme, le début des problèmes»: en Moldavie, les Roms sont pro-Poutine

«La fin du soviétisme, le début des problèmes»: en Moldavie, les Roms sont pro-Poutine

La population rom est victime de la guerre en Ukraine comme aucune autre. Pour elle, l'ennemi est partout et le refuge nulle part.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio