Salon musulman de Pontoise: le silence assourdissant du PS

Silence | Patrik Theander via Flickr CC License by CC

Silence | Patrik Theander via Flickr CC License by CC

Le naufrage des socialistes est problématique venant d'un parti pourtant prompt à fustiger le sexisme dans le monde politique comme dans la société.

La troisième édition du Salon musulman du Val d’Oise, consacré cette année à «la femme musulmane» et organisé le week-end des 12 et 13 septembre à Pontoise par la Société IslaEvents, aurait pu passer inaperçue dans les médias nationaux, à l’instar des deux éditions précédentes. Les activistes féministes des Femen en ont décidé autrement quand deux d’entre elles ont fait irruption, le dimanche, dans le salon, interrompant l’un des débats en cours entre deux imams, avant d’être violemment expulsées par le service d’ordre du salon et emmenées par la police. Cette intervention des Femen était destinée, à côté d’autres manifestations, notamment le rassemblement organisé devant le salon par l’Observatoire de la laïcité du Val d’Oise, à mettre en évidence le caractère sexiste de la programmation et des propos d’un certain nombre d’intervenants.

Au-delà des péripéties lors du salon lui-même, ce sont les réactions politiques qui les ont accompagnées qui sont les plus révélatrices du climat actuel de tension autour de la place de l’islam dans la société française. Celle du Parti socialiste, à travers un communiqué publié le 18 septembre, l’est sans doute davantage que d’autres. À la fois parce qu’il met en cause une de ses élues, la conseillère régionale d’Ile-de-France Céline Pina, seule élue socialiste du Val-d’Oise à avoir dénoncé le programme du salon de Pontoise et la présence de prédicateurs islamistes, et parce qu’il considère ce salon comme une simple question juridique et non politique, considérant de manière unilatérale que «l’incident est clos»!

Une impasse idéologique

Une telle attitude du PS –celui d’en haut du moins, c’est-à-dire d’une direction nationale et non de milliers de militants et d’élus dont l’engagement pas plus que les convictions laïques ne sauraient être remis en cause– est intéressante dans le contexte actuel, car elle en dit long sur la difficulté de ce parti à articuler entre elles plusieurs de ses prétentions et présuppositions politiques. Elle révèle du même coup l’impasse dans laquelle il s’est engagé depuis des années.

L’attitude du PS tient d’abord aux contradictions régulières du discours public des dirigeants socialistes au regard de la défense de la condition féminine et de l’égalité femmes-hommes. Voilà en effet un parti qui saisit, à juste titre, la moindre occasion pour fustiger le sexisme dans le monde politique comme dans la société. On se souvient, entre mille autres exemples, du tollé suscité à gauche par un député refusant de donner du «Madame la présidente» à sa collègue présidant aux débats de l’Assemblée nationale ou, plus sérieusement et utilement, des campagnes de ce parti contre les violences faites aux femmes.

Le PS paraît ainsi, au travers de telles affaires, comme peu soucieux de défendre les principes qu’il met par ailleurs bruyamment en avant

Principes à géométries variables

Cette fois, en revanche, le silence des responsables socialistes et des figures féministes de ce parti, comme de la gauche plus largement, a été assourdissant. Alors même que le seul programme de ce salon aurait dû susciter une vive réaction. Un tel silence, qu’il soit oublieux ou complaisant, a notamment rappelé l’épisode récent de la polémique autour de la nomination au secrétariat national du PS d’un militant parisien du parti condamné pour violences conjugales. Le PS paraît ainsi, au travers de telles affaires, comme peu soucieux de défendre les principes qu’il met par ailleurs bruyamment en avant, comme s’ils étaient à géométrie variable en fonction des publics ou des personnes auxquels ils s’appliquent. Or une telle discontinuité en forme d’incohérence participe aujourd’hui à la montée des doutes chez les sympathisants de ce parti, tout particulièrement chez les femmes, et plus largement à renforcer encore la défiance des citoyens vis-à-vis de la politique, des partis et de leurs responsables.

Plus profondément encore, c’est toute l’attitude du PS et de ses responsables à propos des «valeurs» laïques et du combat qu’ils devraient mener pour les promouvoir dans l’espace public  qui est en cause ici. Et ce, au moment même où l’enjeu autour de la laïcité devient crucial, face aux manipulations électoralistes dont elle est l’objet aussi bien à droite de la droite qu’au sein de la gauche. Le silence assourdissant au PS à l’occasion du salon de Pontoise, relayé par sa pitoyable justification entre légalisme préfectoral (le préfet n’ayant pas interdit le salon) et lâcheté politicienne (le salon a eu lieu à Pontoise qui est une ville de droite) sonne en effet comme une capitulation en rase campagne face aux provocations islamistes et aux atteintes manifestes aux droits des femmes.

Complaisance vis-à-vis de l’islamisme

La logique des «accommodements raisonnables», surtout lorsqu’elle a des fins électorales inavouées, ne saurait en effet servir de politique. A la fois parce qu’elle n’a jamais prouvé son efficacité électorale –les «musulmans de gauche» ayant voté Hollande en 2012 ne se mobilisent plus pour la gauche depuis les polémiques liées à la promotion du «genre» à l’école notamment– et parce qu’elle est contraire à la définition même d’un espace public comme lieu du commun ouvert à tous, sans distinction d’aucune sorte (religieuse, de genre ou sociale) qui est au fondement de la République. Si bien qu’au-delà même de la contradiction principielle qu’elle dévoile, ce sont toutes les conceptions identitaires, communautaristes et fermées de la société française qui sont ainsi encouragées.

«L’incident» est peut-être clos, mais les questions qu’il soulève, elles, ne le sont pas.

On soulignera, enfin, que l’attitude du PS à l’égard de Céline Pina, la seule élue issue de ses rangs qui ait protesté publiquement est, au mieux, indigne. Qu’il y ait entre la direction de la fédération du PS du Val d’Oise et cette élue un contentieux à propos des élections régionales, cela se conçoit –c’est le cas dans de nombreuses fédérations et dans tous les partis–, mais que celui-ci ait pu influencer la manière dont le PS local comme national ont traité cette élue, c’est proprement scandaleux. Certains responsables locaux et nationaux sont en effet allés jusqu’à demander l’exclusion du parti de cette élue, en sous-entendant qu’elle était «islamophobe»!

«L’incident» est peut-être clos, pour reprendre les termes étrangement comminatoires du communiqué du PS, mais les questions qu’il soulève, elles, ne le sont pas. Elles représentent au contraire un danger politique mortel pour les socialistes. La complaisance, qu’elle soit volontariste ou anodine, dont ils ont fait une fois de plus preuve vis-à-vis de l’islamisme, en espérant un hypothétique vote d’un tout aussi hypothétique «électorat musulman», se fait au détriment de la défense de principes que ce parti brandit pourtant à longueur de journée. C’est là une des pires manières de faire de la politique. Il n’est pas du tout certain, pour dire le moins, qu’elle soit appréciée par nos concitoyens, que ce soit lors des élections régionales de décembre ou des élections nationales en 2017.

Partager cet article