Tech & internet

Les «digital detox» sont de plus en plus difficiles à respecter

Temps de lecture : 2 min

Les applications technologiques prennent une place de plus en plus importantes. Ce, pour remplir des fonctions essentielles.

Facebook's Infection / Katie Sayer via Flickr CC License By
Facebook's Infection / Katie Sayer via Flickr CC License By

Chaque année, le journaliste Jessi Hempel du magazine le plus connecté qui soit, Wired, se déconnecte durant un mois de tous les réseaux sociaux. Il a commencé en 2012, se rappelle le journaliste, à l’époque où beaucoup commençaient à évoquer les «digital detox» et autres diètes de Facebook. Il choisit le mois d'août pour des raisons professionnelles évidentes.

Ce n’est pas pour éradiquer les réseaux sociaux de son quotidien que le journaliste s’astreint à sa diète annuelle, mais pour observer à quel point ils s’imposent dans nos existences. Et cette présence n’a fait que s’accroître en trois ans. L’auteur s’est rendu compte que son appli de jogging, son compte Airbnb ou son appli de guidage pour vélo étaient liés à son compte Facebook, parmi d’autres. Contacter quelqu’un dont on n’a pas le numéro de téléphone est devenu quasiment impossible sans passer par les réseaux, à moins d’être prêt à perdre plusieurs jours de recherche ou à aller parler en personne à l’intéressé. En somme en 2015, «le web social est vraiment l’entièreté d’Internet».

«Les réseaux sociaux ont gagné»

C'est lors d'un voyage à l'étranger qu'il a fini par craquer avant la fin du mois: pour rester en contact avec sa famille, il a ouvert Google Hangouts pour chatter en vidéo, envoyer des photos et donner de ses nouvelles: «les réseaux sociaux avaient gagné».

Début août, un article du site Market Watch se penchait sur la tendance à la détox numérique. Bien que certaines associations, notamment religieuses, prônent un abandon de ces pratiques jugées à la fois chronophages et entretenant envie, jalousie et malaise, il est difficile de dire si un mouvement de fond a bel et bien lieu. La plupart du temps, les utilisateurs quittent un réseau pour en adopter un autre plus récent. Et le nombre total d'abonnés à un ou plusieurs de ces réseaux ne cesse d'augmenter.

Slate.fr

Newsletters

Sur les réseaux sociaux, les HLM ne sont plus blêmes

Sur les réseaux sociaux, les HLM ne sont plus blêmes

Relégués aux rubriques faits divers et aux discours misérabilistes par les médias, les grands ensembles français et leur architecture sont désormais célébrés, notamment sur Twitter.

Le sexting favorise les comportements à risque chez les ados

Le sexting favorise les comportements à risque chez les ados

Envoyer des messages et des photos sexuellement explicites affecterait également la santé mentale des jeunes.

Des espions sont sur LinkedIn avec des photos créées par une IA

Des espions sont sur LinkedIn avec des photos créées par une IA

Certains sont entrés en contact avec de hauts responsables américains.

Newsletters