Partager cet article

Cher Nicolas Sarkozy: le Bristol, c’est surfait (voilà d'autres adresses)

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel se rendent au Bristol pour déjeuner le 11 juin 2009. REUTERS/Philippe Wojazer

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel se rendent au Bristol pour déjeuner le 11 juin 2009. REUTERS/Philippe Wojazer

Dans une tentative de s’éloigner de son image blingbling de 2007, Sarkozy prétend ne plus aller au Fouquet’s mais au restaurant de l’hôtel Bristol. Manifestement, il a besoin de nos conseils restos s’il veut faire bonne impression en 2017

«Le Fouquet’s, j’y vais jamais. Je vous conseille plutôt le Bristol. Leur chef est fantastique!» a lâché Nicolas Sarkozy au détour d’une interview aux lecteurs du Parisien, jeudi 17 septembre. 

Pense-t-il que le restaurant de l'hôtel Bristol (Epicure) —auquel il n’assumait pourtant pas d’avoir été vu en 2012 pour une réunion de donateurs de l’UMP— a des airs plus branchés et moins bling que le Fouquet’s, auquel il a été si longtemps associé?

Ses goûts vont manifestement vers les grandes tables à nappes blanches: quand ce n’est pas le Bristol (trois étoiles), c’est Guy Savoy (trois étoiles), ou le restaurant de l’Hôtel du Crillon, rapportait Le Canard Enchaîné pendant sa campagne en 2012

Non seulement ce n’est pas là que va une grande majorité de son électorat potentiel, mais ce n'est pas là non plus qu'il se donnera une image plus jeune et plus branchée. La liste des triples étoilés du Guide Michelin est surfaite, qu'il regarde plutôt sur TripAdvisor, La Fourchette, ou Le Fooding...

Voici la liste de restaurants moins formels, plus courus, plus modernes que ceux des grands hôtels —mais en adéquation avec un porte-monnaie d’ancien chef de l’Etat— que Slate propose à Nicolas Sarkozy. 

(Nota bene: Nous ne savons pas si les restaurateurs seront prêts à accueillir le président. Cette liste peut avoir été influencée par les goûts de son auteure.)

 

1.SeptimePour Nicolas Sarkozy, l'homme qui a changé (mais qui aime les stars)

Attention, Septime n’a qu’une étoile au guide michelin –décrochée en 2014– ça risque de changer vraiment Nicolas Sarkozy (tout ce qu’il dit vouloir faire depuis 2007). Surtout, il faut se rendre dans l’est parisien, de l’autre côté de la Bastille où François Hollande avait fêté sa victoire. Avec ses tables en bois bruts et ses serveurs en tabliers et chemise ouverte, Septime a déjà reçu Beyoncé à déjeuner. Que l’ancien chef de l’Etat se rassure, le jeune chef barbu a fait ses classes chez Alain Passard (le chef de l’Arpège) et Joël Robuchon, des trois étoiles. En se montrant dans un arrondissement socialiste, dans un restaurant où Manuel Valls est déjà passé (il habite dans le 11e arrondissement non loin de là), et où Kim Kardashian n’a pas obtenu de table, il étonnerait et montrerait sa capacité à «savoir où ça se passe». 

Septime, 80 rue de charonne, 75011 Paris.

 

2.HeimatPour Nicolas Sarkozy, le mari de Carla Bruni

En bonne Italienne, Carla Bruni adore les pâtes et Nicolas Sarkozy est un amateur de macaronis et de risottos, si l’on a bien lu ses goûts tels que Le Monde les décrits. L’adresse branchouille pour manger italien ces jours-ci, c’est la nouvelle trattoria de l’un des chefs qui incarne le mieux la bistronomie à Paris : Pierre Jancou. Une salle sombre au fond du restaurant peut même accueillir les réunions avec ses collaborateurs. Il y a un piano aussi si Carla Bruni veut pousser la chansonnette. Et les spaghetti sont à tomber.

Heimat, 37 Rue de Montpensier, 75001 Paris.

 

#heimatparis #federicoazzolini #lottealacarbonara

Une photo publiée par Pierre Jancou (@pierrejancou) le

 

3.MinipalaisPour Nicolas Sarkozy, l'homme de culture

On sait donc Nicolas Sarkozy fan d’Eric Fréchon, le chef du Bristol. Mais moins guindé et plus cohérent avec son récent amour de la culture (qu’il aime clamer en interview, comme dans Paris Match en juillet 2014 avant sa mise en examen), il peut se rendre, au sortir d’une exposition du Grand Palais, au Minipalais voisin. Pensé par le même chef, l'endroit est décrit par son site internet comme «une brasserie revisitée, contemporaine, chic et authentique». Authentique, oui voilà tout ce dont il a besoin.

Minipalais, 3 Avenue Winston Churchill, 75008 Paris.

 

Une photo publiée par @lushparade le

 

4.L'ArpègePour Nicolas Sarkozy, l'homme qui aime le terroir, peu importe le prix

Ok, c’est un triple étoilé. Il est donc possible Nicolas Sarkozy ait déjà mis les pieds à L’Arpège (rue de Varenne, idéalement près des ministères). Pourquoi s’y montrer? Pour parler avec un chef volubile qui a tout compris à Internet, et parce que la crypte au sous-sol peut très bien accueillir des dîners de donateurs, sans trop se faire repérer cette fois. Et, à la fin tout le monde pourrait discuter de la beauté d’une tomate, que Passard appelle «la pomme d’amour», en fumant un cigare. Un bon moyen pour Sarkozy de rappeler qu’il aime la France, ses cultivateurs, ses bons produits (et les menus à 340 euros).

L'Arpège, 84 Rue de Varenne, 75007 Paris.

 

5.SpringPour Nicolas Sarkozy, l'Américain

Envie de se faire une soirée à l’américaine? Il faut aller rendre une visite à Daniel Rose au Spring, un Américain originaire de Chicago amoureux de la France (marié à une française il y vit depuis plus de dix ans). Parfait endroit pour recueillir le point de vue d’un expatrié de longue date (qui vient tout juste d’ouvrir un deuxième resto): un entrepreneur qui se lève tôt, comme l’ancien président les aime et qui sait cuisiner le foie gras dont semble être friand Sarkozy. Il pourra y croiser uen foule sympathique, comme le réalisateur Steven Spielberg à qui il avait justement remis la légion d'honneur

Spring, 6 Rue Bailleul, 75001 Paris.

 

6.La Fontaine de MarsPour Nicolas Sarkozy, l'homme dans les pas de Barack Obama 

Comment ne pas recommander à Nicolas Sarkozy LA brasserie où s’est rendu Barack Obama? En visite à Paris en 2009 avec sa femme Michelle, le couple avait dîné dans ce lieu centenaire dont la jolie petite terrasse est abritée sous des arcades. On y mange des spécialités du Sud-Ouest sur des nappes Vichy. Un filet de bœuf d’Aubrac avec sa sauce béarnaise et des frites maison bien grasses (à 33 euros). Rue Saint-Dominique dans le 7e arrondissement, la photo sera belle pour montrer son amour pour la gastronomie franchouillarde. Mais aussi de faire un clin d’œil au président américain, avec qui les relations pendant son mandat n’avaient pas toujours été au beau fixe.

La Fontaine de Mars, 129 Rue Saint-Dominique, 75007 Paris.

 

A delightfully traditional lunch at Fontaine de Mars #paris #babarhum #indiansummer #viarustica

Une photo publiée par Via Rustica (@viarusticaroseville) le

 

7.Anne-Sophie Pic
Pour Nicolas Sarkozy, l'homme qui valoriser les femmes

Capable de saillies assez basses sur les femmes —que ce soit des femmes politiques, comme Rama Yade, ou des journalistes— l’ancien chef de l’Etat devrait montrer qu’il aime les femmes qui réussissent, et aller rendre visite à l’une des grandes femmes chef françaises: Anne-Sophie Pic à Valence, la seule en France à être triplement étoilée actuellement. Issue d’une lignée de chefs, elle tente de tout réinventer, de l’infusion à la sauce, de quoi inspirer l’homme politique qui veut retourner à la fonction qu’il a déjà occupée. Comment ne pas retrouver l’enthousiasme en dégustant un «homard bleu rôti doucement au beurre, dashi aux fruits rouges légèrement fumé, chutney de cerises à l'épine-vinette, betteraves jaunes»? Parfait pour oublier toutes les affaires judiciaires dans lesquelles il est impliqué, loin des tribunaux à Paris.

Anne-Sophie Pic, le restaurant, 285 Avenue Victor Hugo, 26000 Valence.

7.La Brasserie BarbèsPour Nicolas Sarkozy, l'homme qui n'a pas peur d'aller dans le 18e

Nicolas Sarkozy, l’homme qui n’a pas peur d’aller dans le 18e. Nous l’évoquions lors de l’ouverture en mai dernier, la Brasserie Barbès est devenue le symbole de la gentrification du nord de Paris. Au cœur d’un quartier dit «populaire», un lieu chic allait faire disparaître la diversité. Un bon moyen pour lui de se faire voir dans un arrondissement où il ne sera clairement pas aussi bien reçu qu’à Neuilly. On le prévient: la carte n’est pas exactement originale, mais si l’on en croit le chef qui l’a nourrit à l’Elysée, l’ex-président aime les choses simples: le foie de veau au vinaigre de Banyuls et sa purée maison pourraient lui suffire. Ça lui en coûtera 16 euros et il pourra se montrer en caméléon (sauf s’il vient avec une armée de gardes du corps).

Brasserie Barbès, 2 Boulevard Barbès, 75018 Paris.

 

Finally made it to try this lovely place with @brandieraasch earlier this week #brasseriebarbes #eatparis #seemyparis

Une photo publiée par Emily | The Glittering Unknown (@theglitteringunknown) le

 

8.Le 21Pour Nicolas Sarkozy, l'ennemi de François Hollande

«Depuis le 7 mai 2012, chèques et cartes de crédit ne sont plus acceptés…». C’est la blague du 21, un restaurant situé au 21 rue de Mazarine dans le 6e arrondissement et dont le propriétaire n’était pas vraiment enchanté quand François Hollande a été élu. Des caciques du PS y sont vus régulièrement, mais c'est la droite qui règne en maître. Nicolas Sarkozy pourrait clairement s’y sentir chez lui. C’est un restaurant de poisson, qui a notamment démocratisé le poisson cru. Avec des plats à 50 euros, l’addition sera à la hauteur de ses habitudes (le lieu feutré aussi).

Le 21, 21 rue de Mazarine, 75006 Paris.

9.Le Petit VendômePour Nicolas Sarkozy, l'homme proche du peuple

Et si Nicolas Sarkozy veut se donner un côté populaire, rien de mieux que la proximité imposée par cette minuscule brasserie du centre de Paris. Elle est typique, les produits y sont vraiement bons et les prix pas exorbitants (chose rare désormais). Nicolas Sarkozy mangeant de l’andouille et un steak-frites en parlant à tous ceux avec qui il partage une table au coude à coude, ça ferait un sacré bon plan de com’. Tout ça pour moins de quinze euros. Et non loin de la place Vendôme, ni de la Concorde, pour éviter le dépaysement.

Le Petit Vendôme, 8 rue des Capucines, 75002 Paris.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte