Partager cet article

Internet va-t-il engloutir les accents?

©Fundéu/ Judith González

Cette semaine, rapporte Quartz, Twitter et la Fundación del Español Urgente, une organisation espagnole à but non lucratif ayant pour but de guider les internautes vers un usage correct de la langue espagnole, ont lancé une campagne, pour promouvoir les accents. 

Le hashtag utilisé: #acentúate qui signifie «accentue-toi» –non ça ne veut pas dire grand chose– a été tweeté 16.000 fois dans les premières 24 heures de la campgne, lancée le 17 septembre.

Le tweet d'Antonio Banderas n'y a peut-être pas été pour rien: 

Quartz rappelle que les accents sont essentiels pour la communication en espagne, puisqu'ils changent la signification des mots: Inglés signifie anglais; Ingles: l'aine.

En français, les accents servent aussi en partie à clarifier le sens: l'accent circonflexe sur le u par exemple (mon dû est du chocolat). 

Comme l'explique Gizmodo, les accents sont «les premières victimes linguistiques de l'ère numérique». Personne ne pense (ni n'a envie de prendre le temps) à les tapers dans les sms, ou mails. Surtout, l'anglais étant une langue quasiment dépourvue de signes diacritiques (sauf pour quelques mots étrangers qui ne se sont pas fondus dans la langue, dont des mots issus du français comme résumé qui signifie CV en anglais) et étant la langue dominante sur Internet, l'utilité des accents semble de moins en moins prégnante sur le Web. 

Néanmoins, comme l'expliquait Xavier de la Porte sur son blog sur France Culture en 2013, les accents ne sont pas pour autant voués à disaparaître, engloutis par le web:

«Une seule langue semble dominer les réseaux, l’anglais. (...) Mais dans les usages, sa part diminue chaque année, au profit d’autres langues comme le chinois, l’espagnol, ou le portugais. (...) L’anglais ne sera pas la lingua franca de l’Internet et ce à quoi on assiste aujourd’hui sur les réseaux, c’est plutôt la création de vastes espaces linguistiques assez autonomes, construits chacun autour d’une langue forte. [...]

Et puis, dans sa structure profonde, Internet est un réservoir d’écriture. Souvenez-vous, il y a 30 ans, il n’y avait pas d’accents sur les claviers. Seuls les caractères de la langue anglaise existaient. Puis sont arrivés les accents français, le tilde espagnol, le tréma allemand, les caractères chinois. C’est-à-dire que des ingénieurs ont fabriqué un vaste répertoire de signes, du nom d’Unicode, qui a intégré progressivement de plus en plus d’écritures pour qu’on puisse les utiliser dans les ordinateurs et sur Internet.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte