Santé

Pourquoi vous ne devriez pas faire confiance aux compteurs de calories

Temps de lecture : 2 min

Application de course,  par Nicola, via Flicr
Application de course, par Nicola, via Flicr

Vous courez de temps en temps, vous allez à la salle de gym, et sur votre téléphone, vous enclenchez une application pour compter les calories brûlées. 30min de course, 200 calories. Vous pourrez vous autoriser à manger un yahourt à la fraise supplémentaire... Mais si vous n'en aviez brûlé que 150?

Le site Vox a publié un article en réponse à l'un de ses lecteurs qui s'interrogeait: faut-il faire confiance aux compteurs de calories qui affichent le nombre de calories brûlées pendant un exercice donné?

«Vous avez raison d'être sceptique», répond Vox. «Les estimations permettant de savoir combien de calories vous brûlez pendant un exercice donné peuvent énormément varier. Deux différents moniteurs d'activité peuvent montrer des résultats très différents pour le même exercice. Il faut prendre ces chiffres comme de grosses estimations, pas comme des calculs scientifiques précis». La marge d'erreur va jusqu'à 20%.

Les outils les moins fiables sont probablement ceux qui sont le plus utilisés: à savoir les applications en ligne et gratuites, qui ne requièrent que quelques paramètres comme l'âge et le poids. Ce sont les moins performants parce que ce sont aussi les moins individualisés:

«ils font souvent toutes sortes de suppositions comme la dépense énergétique de votre métabolisme au repos, et votre masse musculaire, basées sur des moyennes très larges. Et étant donné que les moniteurs en ligne ne mesurent pas le mouvement, ils ne peuvent pas faire de subtiles distinctions entre, disons, une marche de 30 minutes sur du plat ou en montée».

Slate.fr

Newsletters

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

Les praticiens qui ne savent pas écouter les souffrances de leurs patients les poussent vers des produits et services scientifiquement fumeux.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters