Monde

Augmenter le nombre de réfugiés fait partie de la stratégie de Bachar el-Assad

Temps de lecture : 2 min

Le président syrien bombarde les civils pour créer des réfugiés et fortifier son État.

Douma, dans la banlieue de Damas, en février dernier (REUTERS/ Bassam Khabieh )
Douma, dans la banlieue de Damas, en février dernier (REUTERS/ Bassam Khabieh )

L'afflux de réfugiés ne s'explique pas que par la guerre qui ravage la Syrie. Selon Mike Giglio et Munzer al-Awad, deux contributeurs de Buzzfeed, il s'agit aussi d'une stratégie pensée par le président Bachar el-Assad et appliquée depuis le début du conflit en 2011.

«Ses forces ont travaillé à rendre les régions détenues par l'opposition invivables pour les rebelles, comme pour les civils –une tactique [qui] garantie de créer des réfugiés en masse.»

Ces propos rejoignent ceux d'une source anonyme du département d'État américain citée dans l'article.

Andrew Tabler, spécialiste de la Syrie au Washington Institute for Near East Policy, précise également la nature confessionnelle de la stratégie de Bachar el-Assad. Le président syrien cherche à «déplacer les sunnites de ces régions [contrôlées par les rebelles] pour fortifier son État». En effet, le président syrien appartient à la communauté des allaouites, une minorité dont la doctrine est issue du chiisme. Ces frappes ciblées lui permettent donc d'affaiblir l'opposition à son régime.

Deux millions de Syriens vivent en état de siège

Selon Pierre Desbareau, coordinateur pour la Syrie chez Médecins sans frontières, environ 2 millions de personnes vivent en état de siège dans le pays.

Face à la brutalité qui augmente d'années en années et aux bombardements incessants, les civils n'ont plus d'autres choix que de quitter le pays. Douma, dans la banlieue de Damas, est l'une des premières localités à s'être soulevée contre Bachar el-Assad en 2011. Elle est depuis pilonnée presque quotidiennement; les quatre cinquième de sa population ont fui. Ceux qui restent vivent un enfer.

Newsletters

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

Selon des témoignages recueillis par Amnesty International, des officiels ont demandé à certaines familles de donner de l'argent pour obtenir la dépouille des personnes tuées.

Pourquoi les malheurs du prince Andrew fascinent l'Amérique

Pourquoi les malheurs du prince Andrew fascinent l'Amérique

Trempé dans les affaires de Jeffrey Epstein, le prince Andrew a démissionné de ses fonctions royales. Hypocrisie ou déontologie, au moins la Couronne marque-t-elle le coup.

Newsletters